Fièvre Ebola : plus de 600 morts en Afrique de l'Ouest

le
0
Fièvre Ebola : plus de 600 morts en Afrique de l'Ouest
Fièvre Ebola : plus de 600 morts en Afrique de l'Ouest

Le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique en grande partie due au virus Ebola continue de s'alourdir, en Afrique de l'Ouest. Sur les 964 cas de fièvre hémorragique recensés depuis le début de l'épidémie, en janvier en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, l'Organisation mondiale de la santé compte 603 morts. Le virus Ebola, repéré pour la première fois en 1976 au nord de l'actuelle République démocratique du Congo, se manifeste par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées et peut être mortel chez l'homme, dans 25 à 90% des cas.

Entre les 8 et 12 juillet, l'OMS dénombre pas moins de 68 nouveaux décès causés par le virus en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée, les trois pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie. «On a toujours un niveau élevé de transmission du virus au sein des communautés», a indiqué le porte-parole de l'OMS, Daniel Epstein, au cours d'un briefing de l'ONU. Il n'existe pour l'heure aucun vaccin homologué contre le virus Ebola, qui se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.

La sensibilisation au c½ur de la lutte contre Ebola

Lors d'un sommet à Accra, au Ghana, début juillet, le sous-directeur général chargé de la Sécurité sanitaire à l'OMS, Keiji Fukuda, avait déclaré à l'AFP que l'épidémie allait vraisemblablement durer encore «plusieurs mois». Devant l'ampleur de la contamination, l'OMS tente d'obtenir «le soutien de personnes influentes et respectées» au sein des communautés des pays concernés, afin d'expliquer au mieux les mesures de protection utiles contre le virus aux populations.

Le 11 juillet dernier, l'OMS a commencé à mettre en place un centre régional de coordination de  lutte contre l'épidémie à Conakry, la capitale guinéenne. Dans un communiqué, l'OMS explique que ce centre devrait agir comme une « plateforme de surveillance et de coordination pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant