Fièvre Ebola : Obama envoie 3000 militaires en Afrique de l'Ouest

le
0
Fièvre Ebola : Obama envoie 3000 militaires en Afrique de l'Ouest
Fièvre Ebola : Obama envoie 3000 militaires en Afrique de l'Ouest

Pour tenter de «faire reculer» l'épidémie de fièvre Ebola, Barack Obama a décidé de l'envoi de quelque 3.000 militaires américains en Afrique de l'Ouest. Ils participeront directement à la lutte contre le virus, qui a déjà fait plus de 2.400 morts.

L'essentiel des efforts américains seront concentrés au Liberia, l'un des trois pays les plus touchés par le virus avec la Sierra Leone et la Guinée. Les militaires participeront en particulier à la construction de nouveaux centres de traitement dans les zones les plus touchées et le gouvernement américain aidera au recrutement et à la formation des personnels chargés de les gérer. Objectif : former 500 travailleurs sanitaires par semaine pendant au moins six mois.

Le président des Etats-Unis avait laissé entrevoir une telle décision il y a une semaine, tout en restant évasif sur son ampleur. Un appui militaire vivement espéré par les spécialistes des questions sanitaires. «Nous devons faire quelque chose sur une échelle plus grande que ce que nous faisons actuellement», estimait, il y a quelques jours, le docteur Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), jugeant nécessaire «une sorte de présence militaire (...) pour leurs capacités logistiques de transport des équipements.»

Le Conseil de Sécurité de l'ONU se saisit du dossier

«Pour combattre cette épidémie à la source, nous devons mettre en place une véritable réponse internationale» face à l'épidémie la plus grave de l'histoire de cette fièvre hémorragique identifiée en 1976, a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat. L'Agence américaine pour le développement international (USAID) distribuera, en partenariat avec l'Unicef, des kits de protection destinés aux 400.000 familles les plus vulnérables du Liberia.

Alors que les Etats-Unis ont déjà consacré 100 millions de dollars (environ 70 millions d'euros) à la lutte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant