Fièvre Ebola : l'infirmier britannique contaminé a été rapatrié à Londres

le
0
Fièvre Ebola : l'infirmier britannique contaminé a été rapatrié à Londres
Fièvre Ebola : l'infirmier britannique contaminé a été rapatrié à Londres

L'avion militaire transportant un ressortissant britannique contaminé par le virus Ebola a atterri près de Londres dimanche soir. La BBC a diffusé les images de l'atterrissage du C17 spécialement équipé de la Royal Air Force sur la base de Northolt, au nord-ouest de la capitale du Royaume-Uni.

Un infirmier volontaire affecté en Sierra Leone. Le patient, qui n'est pas «gravement malade», selon le ministère britannique de la Santé, devait être emmené par une ambulance militaire au Royal Free Hospital de Londres. Il doit y être traité dans une unité d'isolement, dont l'accès est réservé au personnel qualifié, dans un lit scellé par une tente confinée disposant d'un système de ventilation autonome. Le risque de propagation du virus en Angleterre demeure «très faible», a assuré le Pr John Watson. «Les hôpitaux britanniques ont une expérience reconnue dans le traitement de maladies infectieuses importées et ce patient recevra les meilleurs soins possibles», a-t-il dit.

L'homme, qui faisait partie du personnel médical d'ONG en Sierra Leone, participait à «la surveillance, la recherche des contacts et l'enterrement des victimes d'Ebola» à Kenema, a indiqué Yahya Tunis, porte-parole du ministère sierra-léonais de la Santé. Il s'agit du premier Britannique infecté par le virus depuis le début de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui a causé la mort d'au moins 1.427 personnes en Afrique de l'Ouest depuis mars.

La RDC touchée à son tour. Kinshasa a confirmé dimanche soir que le virus Ebola est bien présent en République démocratique du Congo dans la province de l'Equateur (Nord-Ouest). «Les résultats sont sortis positifs. Le virus Ebola est confirmé en RDC», a déclaré le ministre de la Santé congolais, Félix Kabange Numbi. Des échantillons ont été prélevés sur des personnes touchées par une fièvre hémorragique ayant fait 13 morts depuis le 11 août dans l'Equateur. Selon le ministre, cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant