Fidelity pousse l'investissement dans les actions européennes

le
0

(NEWSManagers.com) -

Pour Fidelity, la période n'a jamais été aussi favorable à une exposition accrue aux actions européennes. " La période est actuellement très propice à un accroissement des avoirs des investisseurs dans les actions européennes" , a indiqué le 26 mars à Newsmanagers Alexandra Hartmann, gérante du portefeuille Euro Blue Chip Fund, de passage à Paris.

Plusieurs facteurs devraient inciter les investisseurs à accroître ou à revenir, pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, sur les actions européennes, poursuit Alexandra Hartmann. " La confiance est revenue en Europe et les statistiques économiques de la zone euro continuent de s'améliorer. Le système bancaire s'est stabilisé et est bien plus solide que certains ne l'estiment" , explique Alexandra Hartmann.

En outre, " la faiblesse du ratio dépenses d'investissement / consommation en Europe donne à penser que la région pourrait être proche du point bas de son cycle économique" , poursuit Alexandra Hartmann. Dans cet environnement plutôt encourageant, les " valorisations relatives restent faibles, notamment par rapport aux valorisations des actions américaines, si bien que les actions européennes méritent incontestablement qu'on s'intéresse à elles" , insiste Alexandra Hartmann.

Pour appuyer son propos, Alexandra Hartmann évoque quelques valeurs qu'elle apprécie particulièrement, notamment les entreprises à même de se développer grâce à des facteurs de croissance interne. Par exemple, l'espagnol Grifols, spécialisé dans les produits de santé destinés aux hôpitaux et aux laboratoires, notamment le plasma, dont les atouts sont multiples mais dont la valorisation est loin d'intégrer tous ces facteurs. Il est vrai aussi que Grifols fait partie des " midcaps" au sein du secteur pharmaceutique, si bien que la valeur est peut-être moins suivie par les analystes, remarque Alexandra Hartmann.

Son plaidoyer pour les actions européennes a déjà été en partie entendu puisque le fonds Euro Blue Chip, qu'elle gère depuis plus de six ans, a vu ses encours passer en douze mois de quelque 550 millions d'euros à près de 900 millions d'euros. Et le fonds de Victoire de Trogoff, Fidelity Europe, a connu un parcours similaire, avec des encours de 1,35 milliard d'euros contre 670 millions d'euros il y a un an. " Les institutionnels, les banques privées sont revenus sur les actions européennes, mais pas la clientèle retail" , observe Alexandra Hartmann. Sa stratégie peut donc encore collecter, d'autant plus que sa capacité se situe autour de 1,6 milliard d'euros, précise-t-elle. Sans oublier que son fonds affiche une surperformance de 6,5% par an à peu près par tous les temps...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant