Fidèle Castro

le
0

C'est le joueur le plus fidèle du Bayer Leverkusen avec Stefan Kießling. Un maillon essentiel, indéboulonnable depuis 2006, mais un joueur à double face : un Espagnol perdu au pays des Allemands. Lui, c'est Gonzalo Castro.

Gonzalo Castro est un homme de club, un vrai, attaché corps et âme à son Werkself, le Bayer Leverkusen, avec contrat finissant, mais qui pourrait être bientôt prolongé. Son parcours est un modèle de constance, d'une naissance à Wuppertal jusqu'à l'accomplissement en centre de formation du Bayer. Remarqué très jeune, Castro est précoce. Il fait ses débuts en Bundesliga à l'âge de 17 ans, remplaçant de Voronyin lors d'un match à Hanovre. Ses preuves faites en latéral droit, il glisse milieu défensif lors de l'émergence de Daniel Schwaab. Une permanence dans le onze de départ de Kusen qui lui permet de se vanter d'un record en 2013 : à 26 ans, personne n'a jamais joué autant de matchs de Bundesliga que lui. Pas un Philipp Lahm, pas un Bastian Schweinsteiger, pas un Thomas Broich. Personne.
Travailleur du Werkself
Une explication est simple à tout cela : le bonhomme a beaucoup de talent. Une seconde s'y ajoute : Castro veut jouer, il aime jouer, il ne rechigne pas à jouer dans toutes les circonstances. " Quand on est jeune, on est content à chaque match que l'on peut jouer, peu importe la position sur le terrain ", s'explique-t-il à 11Freunde. Il s'aventure un peu partout sur le pré, sauf aux postes de gardien ou défenseur central. Toutefois, il embrasse le poste de milieu avec joie, comme un accomplissement sans renier cette polyvalence des débuts. Fêtant son record tout personnel à l'été 2013 sur Facebook, il énonce la chose de la sorte : " 234 matchs, [ ] 10 positions différentes, mais une seule équipe. "

Ainsi, désormais, " la question ne se pose plus, c'est en milieu de terrain que je peux aider au mieux l'équipe ". Les stats le prouvent. Castro vit ses meilleures saisons dans les années en 10, ses 25 ans passés. Buts et passes dé à la pelle. Une relation avec Schürrle, avec Bender et avec Kiessling qui s'affine à merveille. " Sport-Bild a écrit que j'avais joué à la mauvaise position 146 fois. Mais nous avons heureusement [ ] des forces nouvelles, qui me permettent de reléguer une fois pour toutes le thème de "jouer derrière". Il n'y a pas pour moi de retour possible. Sportivement, ce serait un pas en arrière si je devais de nouveau défendre. " Et Castro continue sa marche de l'avant, se faufilant jusqu'au poste de milieu offensif, où sa qualité de passe et son sens du but se dévoilent pleinement sur les stades d'outre-Rhin, avec...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant