Fichage ethnique : le cas britannique

le
3
Selon une enquête du British Social Institute parue en 2014, 29 % des Britanniques se considéraient eux-mêmes comme racistes.
Selon une enquête du British Social Institute parue en 2014, 29 % des Britanniques se considéraient eux-mêmes comme racistes.

"Premier pas vers le communautarisme", "une pratique contraire aux valeurs de la République". La classe politique s'est indignée après que le maire de Béziers - apparenté FN - Robert Ménard a affirmé lundi soir sur France 2 qu'il classait les écoliers de sa ville par religion "en fonction de leur prénom". En France, la collecte officielle de données démographiques fondées sur l'origine raciale, ethnique ou confessionnelle est interdite depuis la loi "informatique et libertés" de 1978. Contrairement au Royaume-Uni, seul pays en Europe à avoir introduit des catégories ethniques dans son recensement national.

Reconnaître communautés et minorités

Le gouvernement d'outre-Manche collecte régulièrement et officiellement de telles données. En 1976, lors du vote du Race Relation Act, Londres met en place la Commission pour l'égalité raciale, une haute autorité qui intervient auprès des institutions et des entreprises pour enrayer la discrimination raciale. "Depuis ce temps, le système anglais se fonde sur la reconnaissance des communautés et des minorités ethniques", explique Jean-Luc Richard sociologue et démographe à l'université de Rennes 1 et membre du Centre de recherches sur l'action politique en Europe. Ce n'est qu'en 1991 et à la suite des pressions des associations communautaires que le gouvernement britannique institutionnalise l'appartenance à un groupe ethnique. On demande ainsi aux citoyens anglais de répondre à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • margot99 le mercredi 6 mai 2015 à 18:59

    un raciste est quelqu'un qui se trompe de cible.

  • M8603854 le mercredi 6 mai 2015 à 18:59

    Et combien des C.O.N. tout court?

  • M3182284 le mercredi 6 mai 2015 à 18:43

    Surtout ne pas dire que les deux tiers des prisonniers et des enfants sont musulmans. Et que les 99% des contribuables sont des européens.