Fichage de salariés chez FedEx : un ex-cadre porte plainte

le
0
Fichage de salariés chez FedEx : un ex-cadre porte plainte
Fichage de salariés chez FedEx : un ex-cadre porte plainte

Un ancien cadre de FedEx a déposé plainte le 20 avril à Nanterre (Hauts-de-Seine). Il s'insurge contre l'existence d'un fichage illégal du personnel dans plusieurs services du géant américain de la messagerie installé à Roissy (Val-d'Oise). Ce fichier, selon lui, cible notamment des représentants syndicaux, contient des données personnelles, voire à caractère médical et dégradantes. Les syndicats lui ont emboîté le pas en interne et ont dénoncé « une liste noire ».

L'affaire commence fin 2012, lorsque FedEx embauche ce cadre en tant que manager du département finance, un poste basé au siège, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Deux jours après son arrivée, le fichier « inventaire personnel » arrive dans sa boîte mail. Destiné à piloter ses équipes, selon son supérieur, le documen Excel est protégé par un mot de passe qu'il obtient début 2013 de la directrice des ressources humaines. Quand il l'ouvre, il découvre l'identité des 23 personnes qui lui sont rattachées, et aussi celles de personnels d'autres services. En tout, une cinquantaine de salariés sont répertoriés avec, dans les cases du fichier, leurs bons points et des annotations qui semblent sortir du cadre légal .

L'entreprise américaine évoque une « erreur locale »

Selon l'ex-dirigeant, ce fichier était parfaitement connu de la direction des ressources humaines et de la direction financière de Bruxelles (Belgique), comme le démontre l'envoi du mot de passe dans un mail qui associe la hiérarchie et les échanges d'autres courriels sur le sujet. Pour lui et son avocat, Me Jean-Luc Wabant, le fichier viole la loi informatique et liberté. Une plainte a été déposée au parquet de Nanterre en ce sens, « pour atteinte à la personne humaine, à la dignité, et à la vie privée de personnes, dans un but illégitime », ainsi que pour harcèlement à son encontre. Lettre ouverte de la CGT, droit d'alerte : en interne, les...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant