Fiat durcit les conditions de travail de ses salariés italiens

le
0
Un accord historique a été signé par la majorité des syndicats du constructeur italien. Pour sauver leurs emplois, les salariés ont dû accepter une réforme en profondeur de leurs conditions de travail.

«Un tournant historique». Le patron de Fiat, Sergio Marchionne, s'est félicité ce mercredi, lors de la présentation de la nouvelle Panda sur le site de Pomigliano (dans le Sud de l'Italie), de l'accord signé la veille par la majeure partie des syndicats, à l'exception de la Fiom, la branche métallurgie du premier syndicat du pays, la CGIL. «Pomigliano est le symbole de l'Italie qui travaille, de l'Italie qui me plaît», a-t-il déclaré à la presse. Cet accord permet à Fiat d'établir de nouveaux contrats de travail plus flexibles pour l'ensemble de ses 86.000 salariés italiens. Une première en Italie, où les conventions collectives se négocient généralement secteur par secteur, non pas entreprise par entreprise, et encore moins usine par usine.

Sergio Marchionne, lors de la présentation de la nouvelle Panda à Pomigliano, le 14 décembre.
Sergio Marchionne, lors de la présentation de la nouvelle Panda à Pomigliano, le 14 décembre.

Dès le 1er janvier, le groupe pourra donc faire appliquer son propre contrat de travail en substitution de celui arriva

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant