Fiat Chrysler va scinder Ferrari et en coter 10%

le
0
FIAT CHRYSLER VA SCINDER FERRARI ET EN COTER 10%
FIAT CHRYSLER VA SCINDER FERRARI ET EN COTER 10%

MILAN (Reuters) - Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a annoncé mercredi la scission de sa marque de luxe Ferrari, dont il vendra 10% du capital lors d'une introduction en Bourse, afin de financer une partie de son plan stratégique de 48 milliards d'euros.

Le constructeur a également dit qu'il émettrait pour 2,5 milliards de dollars (deux milliards d'euros) d'obligations convertibles et placerait une centaine de millions d'actions là encore pour assurer le financement de son plan stratégique.

Il compte par ailleurs rembourser par anticipation des emprunts Chrysler qui arriveront à échéance en 2019 et 2021.

L'action FCA cotée à Milan, qui avait réagi à la baisse à l'annonce par le groupe de résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes et d'une augmentation de sa dette, s'envolait de plus de 18% à la suite de ces deux annonces.

Le numéro sept mondial du secteur a précisé que son conseil d'administration avait mandaté la direction pour mener à bien la scission de Ferrari l'an prochain.

Les 90% du capital qui ne seront pas mis sur le marché seront distribués aux actionnaires de FCA, dont le premier reste la famille Agnelli.

Le groupe, dont la Bourse de New York est devenue le 13 octobre la principale place de cotation, prévoit de coter Ferrari aux Etats-Unis et peut-être sur un marché européen.

"Pour mettre en oeuvre le plan stratégique 2014-2018 et oeuvrer à optimiser la valeur de nos activités au profit de nos actionnaires, il est approprié de prévoir que FCA et Ferrari suivent des chemins séparés", a déclaré l'administrateur délégué Sergio Marchionne, dans un communiqué.

Les investisseurs qui participeront à l'émission d'obligations convertibles pourront recevoir des actions de Ferrari.

FCA a réalisé au troisième trimestre un bénéfice d'exploitation (Ebit) en hausse de 7% à 926 millions d'euros, alors que huit analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un Ebit de 940 millions.

Le chiffre d'affaires trimestriel a progressé à 23,55 milliards d'euros contre 22,3 milliards un an plus tôt.

L'endettement net des activités industrielles a lui augmenté plus qu'attendu pour atteindre 11,4 milliards d'euros fin septembre, contre 9,7 milliards trois mois plus tôt.

(Agnieszka Flak, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant