Fiat Chrysler aura bien son siège à Londres

le
1
FIAT CHRYSLER AURA BIEN SON SIÈGE A LONDRES
FIAT CHRYSLER AURA BIEN SON SIÈGE A LONDRES

DETROIT (Reuters) - Le siège du nouveau groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) sera à Londres, a clarifié son directeur général, Sergio Marchionne, confirmant un transfert politiquement sensible pour le principal groupe industriel italien.

Fiat est établi depuis 115 ans à Turin alors que Chrysler, avec lequel il a fusionné en début d'année, est établi à Auburn Hills, aux portes de Detroit, aux Etats-Unis.

"Le siège sera à Londres", a dit Sergio Marchionne lors d'une conférence de presse au quartier général de Chrysler, jeudi. "Il est clair que les fonctions exécutives du groupe, le conseil d'administration, mon bureau, certaines de mes fonctions doivent être basées à Londres, mais cela ne signifie pas que je renoncerai à mes responsabilités opérationnelles aux Etats-Unis. Nous serons multi-facettes", a-t-il ajouté.

Au moment de la fusion, Fiat avait annoncé que FCA serait coté à New York, avec une cotation secondaire à Milan, qu'il serait enregistré aux Pays-Bas et domilicié fiscalement au Royaume-Uni.

Ce transfert a suscité des inquiétudes en Italie mais Sergio Marchionne a assuré que la fusion n'aurait pas d'impact sur l'emploi dans le pays.

L'action Fiat a perdu près de 12% à Milan mercredi après la présentation du plan quinquennal du nouveau groupe, jugé trop ambitieux par les investisseurs et analystes.

Sergio Marchionne a jugé cette réaction de marché exagérée et le groupe a fait savoir que lui-même et John Elkann, le président du conseil d'administration, avaient acquis chacun quelque 130.000 actions Fiat pour afficher leur confiance dans le plan, qui prévoit notamment 48 milliards d'euros d'investissements en cinq ans.

(Agnieszka Flak, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le vendredi 9 mai 2014 à 12:21

    On se doute bien que Fiat et son dirigeant Italo-Canadien anglophone n'irait pas mettre son siège dans une capitale anti-affaires et anti-patrons comme Paris par exemple.