Fiasco pour l'Eurogroupe sur la Grèce

le
4
Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, aurait bloqué les négociations mercredi soir après une conversation téléphonique avec Alexis Tsipras.
Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, aurait bloqué les négociations mercredi soir après une conversation téléphonique avec Alexis Tsipras.

Personne n'attendait un accord mercredi soir. Il n'empêche, les négociations entre la Grèce et ses créanciers se sont bien mal engagées. Il a fallu attendre minuit passé mercredi soir - ou plutôt jeudi - pour que le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, finisse par tenir sa traditionnelle conférence de presse pourtant prévue à 20 heures, à l'issue d'une première réunion des ministres des Finances de la zone euro avec leur nouveau collègue Yanis Varoufakis. Aux côtés du commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, et du patron du fonds de secours de la zone euro, Klaus Regling, le Néerlandais a expédié l'exercice en moins de 10 minutes, sans détailler le contenu d'une discussion qui a pourtant duré plus de 6 heures.Constat de désaccord "Nous ne sommes pas parvenus à des conclusions communes", a-t-il simplement regretté. Aucun communiqué final commun n'a donc été publié. Une première pour un Eurogroupe : même au plus fort de la crise grecque en 2011-2012, les ministres des Finances avaient toujours fini par s'entendre sur un texte commun. Il semble que ce soit Yanis Varoufakis qui ait fait blocage. Le ministre grec, qui n'a pas présenté de propositions écrites détaillées ni d'ébauche de programme pour assurer le financement de son pays à court terme aurait été réticent à accepter un allongement du programme actuel d'ajustement supervisé par la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le jeudi 12 fév 2015 à 10:51

    Le "plan grec" est d'une simplicité biblique : "par ici la bonne soupe" et "à vos poches". Pas l'ombre d'un effort des Grecs pour construire un outil de production de richesses grec ... ni pou mettre un peu d'ordre dans leur pays (cadastre, ...) ! :(

  • noterb1 le jeudi 12 fév 2015 à 10:26

    les grecs n'ont rien compris ! il ne s'agit pas de rembourser leur dette c'est mathématiquement impossible mais au moins il pourrait faire l'effort de continuer d'enrichir les pays prêteurs . Seuls 10 % des prêts ont servi à l'économie grecque , le reste ? miam ! les intérêts pour les pays qui prêtent jusqu'à 20 % alors qu'ils empruntent à 1 % . C'est pas beau l'économie ?

  • stricot le jeudi 12 fév 2015 à 09:36

    Echarpe Burberry = chav-style... Laissons-les emprunter au prix fort aux Chinois, ou se faire financer gratos en echange de la concession de pans entiers de leur economie. Les armateurs grecs ont du souci as se faire.

  • d.e.s.t. le jeudi 12 fév 2015 à 09:22

    Rien à tirer de ces Grecs voleurs et maquilleurs: une seule solution : GREXIT!