Feu vert pour l'Irlande

le
0
Feu vert pour l'Irlande
Feu vert pour l'Irlande

Dans une rencontre engagée mais avec beaucoup de déchet technique, l'équipe d'Irlande est allée chercher sa qualification face à des Italiens qui n'avaient plus rien à récolter. Et qui font donc pleurer la Turquie à leur place.

Italie 0-1 Irlande

But : Robbie Brady (85e) pour l'Irlande

Fatih Terim estimait hier que la Turquie avait 80 à 90% de chances de passer. Les 10 à 20% se sont donc réalisés à la faveur d'une tête rageuse de Robbie Brady et une sortie manquée de Salvatore Sirigu en fin de match. Pas un drame pour une Italie déjà en huitièmes et assurée de la première place, mais un crève-coeur pour une Turquie qui avait célébré sa victoire contre les Tchèques hier telle une qualification. Une belle illustration de l'ambivalence du football : aussi cruel que beau, une pure question de perspectives.

Long et Sirigu, best friends forever


D'entrée de jeu, on comprend qu'on va avoir un combat physique plutôt qu'un football léché. Exit les roulettes et autres ailes de pigeons, à nous les bons gros tacles de derrière les fagots. Ou les tampons, comme celui entre Federico Bernardeschi et Stephen Ward au quart d'heure de jeu. Question football, la Nazionale a clairement décidé de compter sur les Irlandais, qui se procurent les meilleures occasions du premier acte : une frappe de mule de Jeff Hendrick qui passe à quelques centimètres du poteau de Salvatore Sirigu (10'), une tête de Daryl Murphy sur corner que le gardien du PSG claque au-dessus de sa barre (22') ou encore une situation litigieuse sur James McClean, visiblement déséquilibré dans la surface juste avant la pause (44').

En réponse, l'Italie n'aura quasiment fait que défendre excepté quelques incursions près des buts de Darren Randolph, avec pour occasion la plus nette une frappe de Ciro Immobile de peu à côté (44'). Le moment le plus mémorable reste donc le double carton pour Shane Long et Sirigu, le premier ayant chambré l'Italien et le second répondu à sa provocation (39').

Brady libère l'Irlande


Lors que Simone Zaza claque une superbe reprise juste au-dessus à la réception d'un centre de Mattia De Siglio, on se dit que la seconde période sera plus enlevée. Perdu. Malgré un public irlandais chaud comme la braise, les hommes de Martin O'Neill ne font pas grand chose de leur domination territoriale : double frappe de Murphy puis Coleman (56'), dévissage de Hendrick (61') et…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant