Feu vert des députés à l'accord franco-russe sur les Mistral

le
0

(Actualisé avec contexte, déclarations) PARIS, 17 septembre (Reuters) - Les députés français ont donné jeudi leur feu vert à l'accord franco-russe de règlement du dossier des deux navires de guerre Mistral que Paris a décidé de ne pas livrer à la Russie en raison du rôle joué par Moscou dans la crise ukrainienne. L'Assemblée nationale a adopté par 13 voix contre 8 le projet de loi entérinant cet accord signé le 5 août dernier et présenté par le chef de la diplomatie Laurent Fabius. Selon l'accord, la France va devoir rembourser 949,8 millions d'euros à la Russie. La non livraison de navires de guerre, surnommés "couteaux-suisses" pour leur polyvalence, a été décidée en octobre dernier en raison de la situation dans l'est de l'Ukraine où la Russie est accusée d'armer les forces séparatistes, ce qu'elle dément. "Il s'agit d'un accord majeur puisqu'il permet de clore définitivement ce dossier", a dit le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui a affirmé que la décision du gouvernement avait été prise "après mûre réflexion, en toute indépendance, dans un esprit de responsabilité". Les groupes Les Républicains (LR) et du Front de gauche ont voté contre ce texte de même que les élus du Front national, socialistes et radicaux de gauche votant pour. "Cet accord est une tache sur la parole de la France, une tache sur la crédibilité de notre industrie et de la parole de notre Etat", a lancé l'orateur du groupe LR, Nicolas Dhuicq. Pour Patrice Carvalho (Front de gauche), "cette décision est une véritable faute politique, qui marque l'assujettissement de notre diplomatie à l'OTAN" et "pourrait même représenter un manque à gagner beaucoup plus important que ce qui est présenté dans ce projet de loi". Le texte sera examiné le 30 septembre au Sénat où la droite est majoritaire depuis un an. Début août, François Hollande a assuré que la France ne rencontrerait aucune difficulté pour trouver des repreneurs. Une source proche du dossier a évoqué une dizaine de pays ayant manifesté leur intérêt. Les discussions seraient notamment "relativement avancées" avec l'Egypte, selon des sources au fait du dossier. (Emile Picy et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant