Feu vert à la sortie de l'Irlande du plan de sauvetage

le
0
L'IRLANDE AUTORISÉE À SORTIR DE SON PLAN DE SAUVETAGE
L'IRLANDE AUTORISÉE À SORTIR DE SON PLAN DE SAUVETAGE

par Sam Cage et Padraic Halpin

DUBLIN (Reuters) - L'Irlande, trois ans après avoir dû recourir à un plan de sauvetage international, a obtenu jeudi le feu vert de ses créanciers pour devenir le premier pays en difficulté de la zone euro à s'en affranchir.

L'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont jugé que Dublin avait respecté tous les objectifs qui lui avaient été fixés.

Ils ont débloqué en conséquence la dernière tranche d'une aide ayant représenté au total 85 milliards d'euros, ouvrant la voie à une sortie du processus d'ici la fin de l'année.

Cette "success story" est une bonne nouvelle pour l'UE, qui espère ainsi démontrer que les mesures d'austérité peuvent porter leurs fruits, même si l'Irlande n'était pas confrontée aux mêmes difficultés structurelles que la Grèce ou le Portugal, deux autres pays à avoir sollicité l'aide internationale.

"La mission qui a effectué le douzième et dernier examen du programme du gouvernement irlandais a constaté qu'il était sur les rails", a déclaré le chef de mission du FMI pour l'Irlande, Craig Beaumont. "Ma conviction, c'est que ce programme sera cité comme un exemple dont nous pourrons nous inspirer à l'avenir".

Les autorités irlandaises se sont félicitées de la sortie prochaine du plan de sauvetage, obtenue au prix de cinq années d'austérité qui n'ont pas déclenché les mêmes mouvements de protestations qu'en Grèce et en Espagne.

"C'est un jour important dont beaucoup de gens pensaient, et parfois craignaient, qu'il n'arrive jamais", s'est réjoui le ministre des Finances, Michael Noonan. "Il reste des difficultés et des efforts à faire, mais la responsabilité en incombe désormais au gouvernement irlandais", a-t-il ajouté.

La principale interrogation est de savoir si Dublin va demander une ligne de crédit préventive à la sortie du plan.

Le gouvernement a dit ces dernières semaines qu'il disposait de fonds suffisants jusqu'en 2015 et qu'il pourrait donc s'en passer. Michael Noonan a dit jeudi que la question n'avait "pas encore été tranchée".

"LA VIE EST ENCORE TRÈS DURE"

Un endettement excessif hérité du sauvetage de son secteur bancaire en 2008 avait contraint l'Irlande à demander l'aide financière de ses partenaires européens deux ans plus tard, alors que la zone euro était en pleine crise de la dette.

L'Irlande a depuis retrouvé le chemin des marchés en émettant de la dette souveraine à dix ans en mars. Ses coûts d'emprunt ont régulièrement baissé depuis le pic atteint en 2011. Les rendements de la dette irlandaise sont passés de 15% à environ 3,5% en trois ans et le déficit budgétaire a été ramené de près d'un tiers du PIB à un niveau estimé à 7,3% cette année.

Il s'agit cependant du déficit le plus élevé en termes de part du PIB de la zone euro. La croissance de l'économie irlandaise reste très faible et il faudrait qu'elle soit d'au moins 2% à 3% pour rendre la dette soutenable.

Dans ce contexte encore fragile, se passer d'une ligne de crédit de précaution pourrait exposer le pays à d'éventuels chocs sur les marchés et lui barrer la route au programme de rachats d'obligations d'Etat de la Banque centrale européenne.

Michael Noonan a précisé qu'aucune décision à ce sujet ne devrait être prise avant la date de sortie formelle du plan de sauvetage, le 15 décembre.

Le processus pourrait en outre être compliqué par les négociations en cours en Allemagne pour la formation d'une nouvelle coalition, sachant que Berlin est l'un des principaux contributeurs au plan d'aide.

Pour les 4,6 millions d'Irlandais, l'heure n'est donc pas encore à la fête.

"Je ne crois pas que les gens vont trinquer au champagne ce soir alors que leur avis de taxe foncière va bientôt arriver dans leur boîte aux lettres", juge James Herlihy, employé d'une société de services financiers. "La vie est encore très dure."

Juliette Rouillon et Tangi Salaün pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux