Fêtes de Pampelune : 23 blessés dans une bousculade

le
0
Fêtes de Pampelune : 23 blessés dans une bousculade
Fêtes de Pampelune : 23 blessés dans une bousculade

Une spectaculaire bousculade a fait 23 blessés, dont un grièvement, samedi à l'arrivée de la course de taureaux de la San Fermin à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, le premier incident grave lors des fêtes cette année. Les festivités se terminent dimanche.

L'incident s'est produit au moment où des centaines de coureurs, poursuivis par les taureaux, s'engouffraient dans un goulet à l'entrée des arènes, le point d'arrivée de la course et l'un des endroits les plus dangereux de ce parcours à travers les ruelles de la ville.

Un bouchon humain s'est formé à cet endroit tandis que les taureaux se précipitaient par-dessus l'amas de coureurs, piétinant certains d'entre eux tandis que les autres, paniqués, étaient poussés les uns contre les autres sans parvenir à se dégager. 23 personnes ont été blessées et hospitalisées, dont un coureur espagnol de 19 ans originaire de Vitoria, au Pays Basque, souffrant d'un traumatisme et qui se trouvait dans un état «très grave», selon un bilan du gouvernement régional de Navarre. Deux des blessés, un Américain de 35 ans et un Espagnol de 18 ans, ont reçu des coups de corne. Vingt-et-un autres coureurs, dont un Français de 20 ans originaire de Bayonne, souffrent de traumatismes, blessés à des degrés divers.

22 blessés depuis le début des festivités à Pampelune

Cette année, il s'agit du premier incident grave depuis le début des lâchers de taureaux de la San Fermin, qui attirent chaque matin, depuis le 7 juillet, des milliers de coureurs, Espagnols et étrangers, dans les rues de Pampelune. 22 personnes avaient été blessées les jours précédents, dont trois, vendredi, avaient reçu des coups de corne. «Nous allons analyser en profondeur» les raisons de cette bousculade, a déclaré à la presse le conseiller à l'Intérieur du gouvernement de Navarre, Javier Morras, en soulignant que la fermeture inopinée de l'une des portes des arènes au moment où déferlait le flot ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant