Fêtes de la San Fermin : trois coureurs encornés à Pampelune

le
0
Fêtes de la San Fermin : trois coureurs encornés à Pampelune
Fêtes de la San Fermin : trois coureurs encornés à Pampelune

Trois coureurs ont été blessés par des coups de corne vendredi dans les rues de Pampelune, dans le nord de l'Espagne, lors du sixième lâcher de taureaux des fêtes de la San Fermin, le plus sanglant de cette année. Les trois blessés, un Américain de 20 ans et deux Espagnols de 31 et 42 ans, ont été transportés à l'hôpital, ont indiqué les autorités régionales. Trois autres personnes ont été hospitalisées après des chutes. Ce sont les premiers coureurs blessés par des coups de corne depuis le début, dimanche, des courses de la San Fermin, jusque-là marquées par des blessures légères.

Un taureau désorienté devenu incontrôlable

Ce vendredi matin, la course poursuite dans les ruelles du centre de Pampelune a pris une tournure dangereuse lorsque l'un des six taureaux s'est séparé du groupe et a commencé à charger les coureurs : la scène que redoutent les plus expérimentés, le taureau, désorienté, devenant alors incontrôlable.

«Le taureau isolé a chargé un jeune coureur, le poussant au sol durant une trentaine de secondes et lui arrachant son pantalon, jusqu'à ce que deux autres jeunes ne parviennent à le tirer par les pieds et à l'éloigner. Beaucoup de gens sont tombés pendant la course. C'était très dangereux», témoigne Alan Carpenter, un Américain de 38 ans venu de Chicago, après avoir participé à cette course, sa troisième.

Les six taureaux de l'élevage El Pilar de Salamanque, dans l'ouest de l'Espagne, guidés comme chaque jour par six boeufs, ont achevé le parcours de 848,6 m en 4 minutes et 57 secondes, le temps le plus long depuis le début de ces fêtes. Ces courses de taureaux, les plus célèbres et les plus spectaculaires d'Espagne, sont le clou des fêtes de la San Fermin, qui s'achèveront le 14 juillet après avoir attiré à Pampelune, la capitale de la Navarre, des centaines de milliers de passionnés, Espagnols ou étrangers. Chaque soir, les six taureaux qui ont participé à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant