Fête nationale à l'Elysée : feu les garden-parties

le
3
Fête nationale à l'Elysée : feu les garden-parties
Fête nationale à l'Elysée : feu les garden-parties

Victime collatérale de la crise économique, une tradition est en voie d'extinction. Celle de la rituelle garden-party du 14 Juillet, naguère fêtée dans plusieurs ministères ainsi qu'à l'Elysée, où cette coutume est née. Cette réception, organisée tous les ans depuis 1880 dans les jardins du palais présidentiel, pouvait réunir plusieurs milliers de personnes de tous horizons, politiques, chefs d'entreprise, syndicalistes, people, intellectuels, sportifs, Français sans étiquette... Cependant, pour la cinquième année d'affilée, cette garden-party n'aura pas lieu demain. Austérité oblige, Nicolas Sarkozy l'avait supprimée en 2010. François Hollande, en quête lui aussi de la moindre économie, ne l'a pas réinstituée.

Le chef de l'Etat participera toutefois ce soir à la seule survivance de cette coutume républicaine, une réception dans les jardins de l'hôtel de Brienne, siège du ministère de la Défense, à Paris (VII e). Toutefois, rien de démesuré ni de dispendieux. Point de réjouissances chics et champêtres comme à la grande époque des fêtes organisées par Jacques Chirac et, un temps, par Nicolas Sarkozy après le défilé sur les Champs-Elysées. A la place, une réception conçue par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en l'honneur des unités participant aux cérémonies de la Fête nationale. « Un moment solennel où le chef de l'Etat, chef des armées, va à la rencontre des militaires et des anciens combattants », précise un conseiller de Jean-Yves Le Drian. Comprenez, pas question de s'amuser en ces temps de lutte contre le terrorisme et d'opérations extérieures dans des zones de conflit, pas question non plus de faire la fête au frais des contribuables, alors que le chômage touche plus de 3 millions de Français.

L'heure, en effet, n'est pas vraiment aux divertissements dans un contexte géopolitique tendu, où 13 soldats français sont morts en opération depuis un an. Ce sont leurs proches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 11:34

    Une amende sévère par fautes d'orthographe dans un canard ramènerait un peu de sérieux chez les journaleux. Il suffit de déduire des subventions étatiques 1000 euros par fautes....et exit les subventions.......

  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 11:32

    30% d'abattement fiscal pour être un illettré complet, suffit de dire que le pouvoir en place est le top du top.....quant à l'orthographe...un détail......

  • frk987 le lundi 13 juil 2015 à 11:31

    Ah le Parisien en pôle position de l'orthographe dans les titres FEUES les garden.......Ils vont battre l'AFP...et croyez moi c'est un exploit !!!!!!