Fête du travail 2015 : les syndicats défilent divisés

le , mis à jour à 12:17
5
Fête du travail 2015 : les syndicats défilent divisés
Fête du travail 2015 : les syndicats défilent divisés

Loin des grandes mobilisations pour la Fête du travail, les syndicats apparaissent désunis en ce vendredi 1er mai. Tandis que la CGT conduit des cortèges anti-austérité avec trois autres syndicats, la CFDT accueille de son côté des jeunes pour un «festival» à Paris et FO fait cavalier seul.

Dans la capitale, la CGT, la FSU, Solidaires et l'Unsa défileront côte à côte. Le départ est fixé place de la République à 15 heures en direction de la Nation. Les banderoles seront essentiellement frappées de slogans dénonçant les «politiques d'austérité» en Europe. Mais les syndicats qui ont lancé cette appel «unitaire», boudé par FO et la CFDT, entendent aussi réaffirmer, dans la suite de la vaste mobilisation post-attentats du 11 janvier, qu'ils «sont décidés à défendre» «la démocratie» et «les libertés de pensée et d'expression», sur fond de montée du Front national.

Pour son premier 1er mai à la tête de la CGT, Philippe Martinez espère transformer l'essai de la mobilisation contre l'austérité du 9 avril. Sa centrale, unie à FO notamment, avait alors affirmé avoir mobilisé 300 000 manifestants dont 120 000 à Paris. La police n'avait, elle, recensé que 32 000 personnes dans les rues de la capitale.

Ce 1er mai «unitaire et européen» sera, dans un climat de «vraie tension sociale», l'occasion pour les salariés, retraités et demandeurs d'emploi de se «faire entendre», veut croire Philippe Martinez.

Malgré les divisions, «il est important de continuer de marquer le 1er mai», a affirmé l'ancien dirigeant de la CGT Bernard Thibault. Sur Europe 1, il a, par ailleurs, déploré la multiplication des syndicats : «Oui, il y a trop de syndicats en France. D'ailleurs la CGT, dans ses statuts, se prononce pour que les salariés soient réunis dans le même syndicat».

FO : «Pas la peine de faire semblant»

Contrairement à l'année dernière, où Force ouvrière avait rejoint la CGT pour la Fête ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 1 mai 2015 à 16:57

    Sans une économie créatrice de richesses pas d'amélioration sociale, AU BOULOT, Manifester n'a jamais créer de richesses

  • Raf07Ard le vendredi 1 mai 2015 à 13:59

    Ca va être difficile pour les syndicats de salariés de porter la voix des salariés, s'ils sont aussi divisés ... et comme ce ne sont pas les syndicats patronaux qui pourront défendre les intérêts des travailleurs, ceux-ci risquent d'être de moins en moins pris en compte.

  • lilian92 le vendredi 1 mai 2015 à 13:10

    La fête du travail célébrées par des syndicalistes qui ne fichent rien, sauf détruire des emplois car il cassent les entreprises. Cela ne les gênent pas ce sont des fonctionnaires. Au fait combien perçoivent ils par mois, de jetons de presence, d'indemnités de tous genres ?

  • bearnhar le vendredi 1 mai 2015 à 10:39

    32 milliards dépensés par les Français pour la formation professionnelle, budget géré par ces roitelets, seulement 8% va aux chomeurs, cherchez l'erreur. Ces gens valident donc le chomage massif, et jusqu'où, jusqu'à l'explosion sociale violente ? Des irresponsables.

  • bearnhar le vendredi 1 mai 2015 à 10:36

    Le temps n'est pas aussi excécrable qu'annoncé, dommage. Il va falloir s'occuper aussi très sérieusement d'eux, avec la presse, les assocs, etc...En vérité les milliards sont là, en aucun cas les impots n'auraient du, ne devraient, augmenter d'un seul cent, pour personne. Ce pays est riche en vérité.