Fête de la Rose : Montebourg et Bartolone se lancent des fleurs

le
1
Fête de la Rose : Montebourg et Bartolone se lancent des fleurs
Fête de la Rose : Montebourg et Bartolone se lancent des fleurs

A la veille de la rentrée du gouvernement, ce lundi avec un séminaire dédié à préparer «la France de 2025», le Parti socialiste a rendez-vous à Frangy-en-Bresse, en Saône-et-Loire, pour la 41ème édition de la Fête de la Rose. L'hôte de cette traditionnelle kermesse politique n'est autre, comme d'habitude, que le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, ex-député de la sixième circonscription du département. Chaque année depuis qu'il a été élu sur ces terres en 1998, il y convie une figure emblématique du PS.

«Mieux vaut une bonne parole qu'un silence ravageur»

Portant une simple chemise blanche aux manches retroussées et une barbe de trois jours, Montebourg reçoit cette fois le président de l'Assemblée nationale Claude Bartonole, avec qui il partage la solide réputation de «tonton flingueur» à la tête de l'Etat. «Je veux saluer le rôle très important que Claude Bartolone joue à l'Assemblée nationale, parce qu'il fait du Parlement un lieu d'équilibre des pouvoirs, un contre-pouvoir comme les gouvernements en ont besoin», a déclaré le ministre à propos de son convive.

Pousseurs de coups de gueule et francs-tireurs, ils se sont tous deux démarqué de la ligne politique dictée par l'Elysée et Matignon au cours de cette première année de quinquennat, l'un en défendant seul contre tous la nationalistaion de Florange par exemple, l'autre en se dressant contre le projet de loi sur la transparence parlementaire. «Bien entendu que de temps en temps, on se fait entendre, mais franchement, moi je dis (qu') il vaut mieux une bonne parole, qu'un silence qui peut être ravageur», a fait remarquer à ce sujet l'élu du perchoir.

Appel à l'unité

«Je trinque à l'unité et la combativité, deux grandes manières de changer l'état des choses», a lancé devant la presse le représentant de l'industrie française entre deux dégustations de poulet de Bresse et deux poignées de main avec les militants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 19 aout 2013 à 14:09

    ATTENTION aux roses Messieurs...elles ont souvent des épines !!!...