Fête de la Rose : l'invité de Montebourg sème le trouble

le , mis à jour à 08:42
1
Fête de la Rose : l'invité de Montebourg sème le trouble
Fête de la Rose : l'invité de Montebourg sème le trouble

Pour l'instant, tout est calme. Juchée sur une petite butte, la jolie mairie de Frangy attend sereinement la vague des militants et journalistes qui va déferler dimanche. En jeans et maillot de football à manches courtes, Jacky, 66 ans, prépare comme tous les ans l'organisation de l'événement. « Cette année on sent un autre vent, se réjouit-il. Beaucoup de gens, sans doute à la gauche du PS, nous appellent pour nous demander s'ils peuvent venir même s'ils ne sont pas socialistes. » Il faut dire que l'invité d'honneur est un certain Yanis Varoufakis, l'ex-ministre des Finances grec.

Supporteur inconditionnel d'Arnaud Montebourg, Jacky applaudit à deux mains son choix d'avoir invité celui que la plupart de ses collègues de l'Eurogroupe voyaient, jusqu'à son éviction du gouvernement d'Athènes, comme un épouvantail pour son jusqu'au-boutisme contre l'austérité. Alors, tant pis si ça tousse un peu, et même beaucoup, dans les rangs du PS de Saône-et-Loire. « Ici, les gens de la fête se foutent royalement des états d'âme de tel député ou de tel autre ! » balaye le militant bressan.

Christophe Sirugue, l'autre homme fort du PS dans le département -- malgré sa défaite aux municipales à Chalon-sur-Saône -- ne goûte pas du tout le programme de la fête cette année. Et il ne mâche pas ses mots. « Que les vedettes soient deux ministres virés de leurs gouvernements respectifs me pose question. Si c'est pour écouter le discours ultracritique de quelqu'un qui avait annoncé qu'il s'était retiré de la politique, très peu pour moi. » En conséquence, le député a fait savoir à la fédération départementale du PS qu'il n'irait pas à Frangy.

«Avec Arnaud, on ne sait jamais à quoi s'attendre»

Ce sera aussi le cas d'une bonne partie des responsables locaux de la motion A (qui avaient soutenu Hollande et Martine Aubry) lors du dernier congrès, en juin. Parmi eux, Jérémy Pinto, 27 ans, adjoint au maire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1049161 le mercredi 19 aout 2015 à 09:24

    Il n'ya pas grand chose de sérieux à attendre d'un clown lancé dans la politique.... Mais celui-là ne fait plus rire grand monde depuis longtemps (je veux parler de Montebourg, parce que côté Varoufakis, on n'est pas dans la clownerie, mais dans la volonté destructrice)...