Fête de l'Huma : la grande bérézina de la gauche de la gauche

le , mis à jour le
1
La Fête d'Huma se tient au parc de La Courneuve les 11, 12 et 13 septembre.
La Fête d'Huma se tient au parc de La Courneuve les 11, 12 et 13 septembre.

Ce week-end, c'est la Fêté de l'Huma, trois jours de débats, de concerts et de merguez grillées au parc de La Courneuve en région parisienne. Un rituel qui tient du festival (Manu Chao et Texas sont ainsi au programme ce samedi soir), mais qui, cette année, s'annonce morose, et pas seulement parce que la pluie va gâcher la fête.

Comme le rappelle Bernard Stéphan dans La Montagne, le vieux parti de la classe ouvrière est moribond : « Il est vrai que cette classe ouvrière est de plus en plus clairsemée, aux effectifs déboussolés, courant vers tous les partis populistes de la galaxie, elle a laissé le PC à sa plus simple expression. » Et l'éditorialiste de rappeler que « La Fête de l'Humanité 2015 se déroule dans un contexte de désunion de la gauche française, à quelques semaines d'un rendez-vous électoral [les régionales, NDLR] annoncé comme sa Bérézina. Le PC tiraillé entre son désir d'animer un pôle de gauche alternative et son souci de préserver ses derniers acquis par ses alliances locales avec le PS, va encore jouer le grand écart qui est le sien depuis que Georges Marchais a tiré sa révérence.

Le PS privé d'alliés

Dans La Charente libre, Jean-Louis Hervois enfonce le clou : « La grande fête de La Courneuve relèverait davantage de l'auberge grecque espagnole que d'un véritable programme commun. Entre pro-Tsipras et pro-Varoufakis, les composantes du Front de gauche sont à peu près...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 13 sept 2015 à 14:25

    Les citoyens sont de plus en plus informés et ont compris que l'état et ses structures administratives qui dévorent 57.8% du produit intérieur brut sont la causes des difficultés de la France et engendre chômage et déficit. Dépensant plus qu'il reçoit des citoyens, par l'impôt les taxes et les charges sociales.