Fessenheim : les antinucléaires portent plainte contre EDF après un incident

le
0
Fessenheim : les antinucléaires portent plainte contre EDF après un incident
Fessenheim : les antinucléaires portent plainte contre EDF après un incident

La fermeture ou non de cette centrale marque incontestablement le quinquennat de François Hollande. Fessenheim (Haut-Rhin) est devenu un symbole des anti-nucléaire qui, ce lundi, ont déployé un nouvel arsenal pour s'en débarrasser. Après avoir alerté sur la facilité et le danger de survoler ces sites sensibles avec des drones, des associations ont annoncé qu'elles portaient plainte contre EDF pour avoir «largement minimisé» une fuite d'eau survenue le 28 février à la centrale alsacienne et pour avoir «menti» à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

La plainte, dirigée contre EDF et contre le directeur de la centrale au moment des faits, Thierry Rosso, sera déposée mardi auprès du parquet à Colmar, ont précisé dans un communiqué ces associations, dont le réseau «Sortir du nucléaire» et «Stop Fessenheim». Ces derniers espèrent «une condamnation sévère» d'EDF.

Trois jours avant d'aviser l'ASN

Pour obtenir gain de cause, les associations comptent s'appuyer sur des dispositions pénales du Code de l'environnement. Celui-ci oblige l'exploitant d'une centrale nucléaire à déclarer «sans délai» à l'Autorité de sûreté nucléaire et à l'autorité administrative «tout incident ou accident ayant ou risquant d'avoir des conséquences notables sur la sûreté de l'installation», sous peine d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende. Or EDF a mis trois jours avant d'aviser l'ASN, le 3 mars.

La semaine dernière, le président de l'ASN, Pierre-Franck Chevet, avait dit lui-même devant l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) qu'il n'était «pas content» de l'attitude adoptée par EDF après l'incident du 28 février à Fessenheim. EDF a évoqué un «défaut d'étanchéité» alors qu'il s'agissait d'une rupture de tuyauterie qui a entraîné une fuite de 100 mètres cubes d'eau dans la salle des machines. «Il y a eu une communication plus que décalée par rapport à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant