Fessenheim: Greenpeace lance une tournée antinucléaire en voilier

le
0
Fessenheim: Greenpeace lance une tournée antinucléaire en voilier
Fessenheim: Greenpeace lance une tournée antinucléaire en voilier

Le Beluga II, un bateau-voilier de Greenpeace de 33 mètres de long est arrivé devant la centrale de Fessenheim ce samedi à 10 heures, avec trois banderoles anti-nucléaires déployées sur ses mâts et une dizaine de militants visibles sur son pont. Il s'agit de la première étape d'un mini tour d'Europe destiné à alerter les pouvoirs et l'opinion publique sur les dangers du nucléaire.

Cette «tournée» en trois étapes des centrales nucléaires, qui mènera le Beluga II sur les fleuves de France, de Suisse et d'Allemagne, est menée à l'occasion des 28 ans de la catastrophe de Tchernobyl, en parallèle à la campagne des européennes.

#nucléaire : plus vieux, plus risqué ! Le Beluga messager à #Fessenheim ! http://t.co/vOKhGTH3wj #OutOfAge #TheEnd pic.twitter.com/ZIGPRSLNnf? Greenpeace France (@greenpeacefr) 26 Avril 2014

Interdit de s'arrêter sur place

Une trentaine d'antinucléaires allemands, membres d'un collectif pour la fermeture immédiate de Fessenheim, basé outre-Rhin à Müllheim, étaient arrivés sur les lieux en fin de matinée pour assister à l'opération. L'une des banderoles appelait en anglais les responsables politiques à «cesser de mettre l'Europe en danger» (Stop risking Europe).

«Centrales vieillissantes : fermez-les», clamait une autre hissée sur le côté, tandis qu'une troisième rappelait en allemand que la «Radioactivité ne connaît pas de frontière». Un zodiac de Greenpeace était également visible à proximité de la péniche, encadré par une vedette de la police. «Monsieur Hollande, une vraie transition énergétique maintenant», pouvait-on lire sur une pancarte.

Le préfet avait pris un arrêté pour interdire l'accès des berges aux véhicules et aux piétons. Sur le canal du Rhin, la péniche au macaron arc-en-ciel, effectuait de petits allers-retours. «Le bateau bouge en permanence car un arrêté préfectoral lui interdit de s'arrêter sur place», a expliqué Yannick ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant