Ferreira Carrasco, le prince de Belgique.

le
0
Ferreira Carrasco, le prince de Belgique.
Ferreira Carrasco, le prince de Belgique.

À 21 ans, le Monégasque est relativement inconnu en Belgique où il n'a quasiment jamais joué. Appelé en sélection belge depuis peu, Yannick Ferreira Carrasco a envie de se faire une place au sein de la génération la plus douée depuis la Coupe du monde 1986 et la bande à Scifo. Ça tombe bien, il a les moyens de s'incruster."Depuis qu'il a intégré l'équipe nationale de Belgique, il a franchi un cap. Surtout dans sa tête. C'est sans doute pour ça qu'il prend plus de place dans l'équipe. " Les mots sont de Valère Germain en zone mixte de Furiani où l'AS Monaco vient d'en coller trois à Basita en Ligue 1 (3-1). Sur les trois buts, Yannick Ferreira Carrasco est à l'initiative des deux premiers et à la conclusion du dernier. Dans une équipe monégasque amputée de ses Colombiens James et Falcao, le Belge a pris les choses en main. Ce n'est pas une nouveauté pour lui. Pour son premier match en professionnel avec l'AS Monaco, alors en Ligue 2, le garçon de 19 ans demande à Nabil Dirar – pourtant international marocain et recruté pour 7,5 millions d'euros – de lui laisser tirer un coup franc lors du premier match face à Tours. Le Marocain ne comprend pas, mais se laisse faire. Dix secondes plus tard, celui que tout le monde à La Turbie surnomme YFC envoie la gonfle dans les ficelles. Easy.
Sous le charme
Finalement, rien d'anormal à retrouver le gamin issu de la banlieue de Bruxelles au sein de la sélection de Marc Wilmots deux ans plus tard. En tout cas, ce n'est pas une surprise pour celui qui l'a découvert chez les jeunes de Genk et qui l'a ramené sur le Rocher. Cet homme, c'est Stéphane Pauwels. Un garçon tout en accent et fin connaisseur du football belge. Alors recruteur pour l'ASM de Marc Keller, Pauwels raconte sa première rencontre avec YFC. "Il avait quinze ans et demi la première fois que je l'ai vu. À l'époque, il jouait chez les U16 de Genk. J'étais venu assister à un match entre les U16 de la Belgique et ceux du Luxembourg. Après dix minutes sur le terrain, je suis conquis par Yannick. Même s'il avait un corps de crevette, il avait déjà tout : les deux pieds, la vista, la vitesse" assure-t-il.

Très vite, le garçon se retrouve sur le Rocher pour y faire un essai. 24 heures plus tard, les dirigeants monégasques sont déjà sous le charme. Au club, on annonce que personne n'avait autant bluffé son monde durant un essai depuis Nicolas Nkoulou. À Monaco, on lui propose une formation dans les règles. Encadrée, quoi. Il faut dire qu'à l'époque, YFC n'était pas considéré à sa juste valeur à Genk. Pauwels, toujours : "Je me renseigne et je découvre que le gamin n'a pas de contrat avec Genk, poursuit-il. Il habitait à l'époque chez l'habitant, à Diegem, près du...



"Depuis qu'il a intégré l'équipe nationale de Belgique, il a franchi un cap. Surtout dans sa tête. C'est sans doute pour ça qu'il prend plus de place dans l'équipe. " Les mots sont de Valère Germain en zone mixte de Furiani où l'AS Monaco vient d'en coller trois à Basita en Ligue 1 (3-1). Sur les trois buts, Yannick Ferreira Carrasco est à l'initiative des deux premiers et à la conclusion du dernier. Dans une équipe monégasque amputée de ses Colombiens James et Falcao, le Belge a pris les choses en main. Ce n'est pas une nouveauté pour lui. Pour son premier match en professionnel avec l'AS Monaco, alors en Ligue 2, le garçon de 19 ans demande à Nabil Dirar – pourtant international marocain et recruté pour 7,5 millions d'euros – de lui laisser tirer un coup franc lors du premier match face à Tours. Le Marocain ne comprend pas, mais se laisse faire. Dix secondes plus tard, celui que tout le monde à La Turbie surnomme YFC envoie la gonfle dans les ficelles. Easy.
Sous le charme
Finalement, rien d'anormal à retrouver le gamin issu de la banlieue de Bruxelles au sein de la sélection de Marc Wilmots deux ans plus tard. En tout cas, ce n'est pas une surprise pour celui qui l'a découvert chez les jeunes de Genk et qui l'a ramené sur le Rocher. Cet homme, c'est Stéphane Pauwels. Un garçon tout en accent et fin connaisseur du football belge. Alors recruteur pour l'ASM de Marc Keller, Pauwels raconte sa première rencontre avec YFC. "Il avait quinze ans et demi la première fois que je l'ai vu. À l'époque, il jouait chez les U16 de Genk. J'étais venu assister à un match entre les U16 de la Belgique et ceux du Luxembourg. Après dix minutes sur le terrain, je suis conquis par Yannick. Même s'il avait un corps de crevette, il avait déjà tout : les deux pieds, la vista, la vitesse" assure-t-il.

Très vite, le garçon se retrouve sur le Rocher pour y faire un essai. 24 heures plus tard, les dirigeants monégasques sont déjà sous le charme. Au club, on annonce que personne n'avait autant bluffé son monde durant un essai depuis Nicolas Nkoulou. À Monaco, on lui propose une formation dans les règles. Encadrée, quoi. Il faut dire qu'à l'époque, YFC n'était pas considéré à sa juste valeur à Genk. Pauwels, toujours : "Je me renseigne et je découvre que le gamin n'a pas de contrat avec Genk, poursuit-il. Il habitait à l'époque chez l'habitant, à Diegem, près du...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant