Fernando Morientes : "Un joueur de foot n'est jamais à la retraite"

le
0
Fernando Morientes : "Un joueur de foot n'est jamais à la retraite"
Fernando Morientes : "Un joueur de foot n'est jamais à la retraite"

Les crampons rangés depuis cinq ans, El Moro a décidé, cet été, de prendre les commandes du CF Fuenlabrada. Un club de la banlieue madrilène où il apprend les rudiments du métier d'entraîneur et les aléas du football semi-professionnel. Rencontre sur place, avant des retrouvailles avec son ami Zidane.

Fernando Morientes qui entraîne au stade Fernando Torres, c'est une belle coïncidence Lui est Colchonero et moi Madridista, mais nous avons également été coéquipier en sélection espagnole. J'ai un grand respect et une profonde admiration pour le joueur et, surtout, la personne qu'il est. Je vais essayer de rendre honneur à son nom durant toute la saison.
Pourquoi s'être lancé dans la carrière d'entraîneur ? En prenant les commandes d'une équipe première, je souhaite mettre en pratique les concepts que j'ai pu acquérir lors de ma carrière de joueur et de mon passage chez les Juveniles du Real Madrid. L'objectif est de pouvoir mélanger la pédagogie et le besoin de résultats. Comme presque tous mes collègues, mon but est de mettre en place une philosophie de jeu qui gagne. Cet été, Fuenlabrada m'a donné l'opportunité de devenir l'entraîneur de son équipe. C'est un premier pas dans le monde professionnel. Et franchement, ce n'est pas le plus facile, surtout dans cette catégorie de Segunda B où toutes les équipes se valent.
Avant cela, tu étais donc chez les U-19 du Real. Pourquoi commencer par les jeunes ? Le changement qu'implique de passer de joueur à entraîneur est grand, vraiment grand. À mon avis, commencer par prendre en main de jeunes joueurs te permet de revenir à la base du football. Chez les jeunes, l'importance du résultat est moins grande, même au Real Madrid. Il faut avoir un rôle très pédagogue, se mettre dans la peau d'un professeur. Tu mets des notes, mais, avant tout, tu dois faire apprendre des concepts à tes élèves. Cette étape avec les jeunes du Real m'a vraiment plu, alors j'ai voulu franchir le pas et prendre en main une équipe première d'un club professionnel. Surtout qu'ici, j'ai un groupe très jeune, dont quelques anciens de la Fabrica.
À l'inverse des Guardiola, Luis Enrique ou Zidane qui ont pris en main une filiale, tu as choisi Fuenlabrada. Pourquoi ? Car je voulais vraiment prendre en main une équipe première. Entraîner une équipe réserve implique que tu es constamment soumis aux aléas des A. Un joueur se blesse dans l'équipe première, elle vient te piquer un élément. C'est normal, c'est le jeu. Mais je souhaitais avoir toutes les cartes en main…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant