Fermeture du site Motorola de Toulouse, 180 licenciements

le
1
MOTOROLA MOBILITY VA FERMER SON SITE DE TOULOUSE
MOTOROLA MOBILITY VA FERMER SON SITE DE TOULOUSE

TOULOUSE (Reuters) - Motorola Mobility va fermer fin mai son site de Toulouse, qui emploie environ 180 personnes, a déclaré mardi une porte-parole du fabricant de combinés mobiles, filiale de Google, qui a engagé un processus de réduction de ses effectifs dans le monde.

Après la finalisation de son rachat par Google l'an dernier, le groupe a annoncé en août la suppression de 4.000 emplois, soit 20% de ses effectifs, et la fermeture près d'un tiers de ses bureaux à travers le monde.

"Motorola Mobility a prévenu les employés du site de Toulouse de notre intention de fermer ce site de manière définitive à compter du 31 mai 2013", écrit une porte-parole du groupe dans un courriel adressé à Reuters.

"Nous sommes conscients que cette décision est difficile pour nos collègues concernés, et nous travaillons avec eux pour les accompagner au mieux financièrement et, plus important encore, nous sommes en contact avec nos partenaires à Toulouse pour les aider à retrouver un emploi au plus vite", peut-on lire.

Les premières lettres de licenciement ont été envoyées cette semaine, a-t-elle confirmé.

C'est un nouveau coup dur pour l'industrie toulousaine après la fermeture d'une partie du site voisin Freescale, ancienne propriété de Motorola, qui a stoppé en août dernier son activité de production de semiconducteurs, où travaillaient 820 personnes.

Freescale a toutefois conservé sur place environ 500 employés dans son activité recherche.

Motorola était installé à Toulouse depuis la fin des années 1960.

Jean Décotte, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6197799 le mardi 26 fév 2013 à 16:54

    Hollande doit inverser la courbe du chômage avant fin 2013, promis juré !D'accord, il n'est pas responsable des problèmes de l'ex Motorola, mais il est 100% responsable des mesures anti-entrepreneurs qu'il a prises . Quand une usine non rentable ferme, il faut que des dizaines de jeunes entrepreneurs se lancent ! mais qui a envie d'entreprendre en France, pour se faire confisquer le fruit du travail et des risques pris ?