Fermeture de la télé publique : les Grecs ont manifesté, la grève peu suivie

le
1
Fermeture de la télé publique : les Grecs ont manifesté, la grève peu suivie
Fermeture de la télé publique : les Grecs ont manifesté, la grève peu suivie

La Grèce tourne au ralenti ce jeudi après un appel à la grève générale lancé par les deux principaux syndicats du pays pour dénoncer la fermeture autoritaire du groupe audiovisuel public ERT par le gouvernement. A Athènes, près de 10 000 personnes sont venues soutenir les journalistes devant le siège, forts d'une deuxième manifestation de 5 000 personnes à Salonique, deuxième ville grecque où se trouvent les locaux de l'une des cinq chaînes de l'ERT. Jeudi soir, il restait des manifestants devant le siège de l'ERT, décidés à faire plier le gouvernement coûte que coûte. Une tente est même apparue dans le parc. La grève n'a pas été très suivie.

A la stupeur générale, l'ERT a cessé d'émettre mardi soir, après la neutralisation du principal émetteur situé sur une montagne près d'Athènes. Le lockout a été permis par un acte législatif adopté par les seuls ministres de la Nouvelle Démocratie (droite) de la coalition. Il n'a pas été signé par les deux autres partenaires, Pasok et Dimar, qui s'opposent à la disparition de l'ERT. Ces deux partis avaient demandé une réunion «tripartite» mercredi pour trouver une «solution» et «éviter une crise politique». Le Premier ministre conservateur Antonis Samaras «va s'entretenir lundi à 17 heures» (16 heures en France) avec eux, ont indiqué jeudi ses services.

VIDEO. Grèce : des milliers de manifestants contre la fermeture de ERT

Une grève peu suivie

Les syndicats du privé et du public, GSEE et ADEDY respectivement, ont dénoncé cette fermeture «antidémocratique». Ils avaient appelé à une grève de 24 heures ce jeudi et à un nouveau rassemblement devant le siège de l'ERT. L'Adedy avait dénoncé «la mort brutale de l'ERT» dont l'objectif «est la suppression d'organismes publics et le licenciement de 14 000 fonctionnaires».

Mais déclenchée dans l'urgence, la grève n'a en revanche guère mobilisé. Il n'est en effet pas facile de perdre une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8637171 le jeudi 13 juin 2013 à 18:25

    dans le secteur public grec, on trouve énormément de planqués pistonnés par l'ancien pouvoir. pour une fois que des dirigeants ont du courage politique. BRAVO!