Féret, le porte Malherbe .

le
0
Féret, le porte Malherbe .
Féret, le porte Malherbe .

Trop maladroit devant les buts adverses, Sainté repart avec une défaite de Normandie. La faute également à Julien Féret, auteur du but victorieux pour une équipe en pleine bourre.


Caen - ASSE
(1-0)

J. Féret (40') pour Caen


Peut-on tomber amoureux d'un homme en observant ses pieds ? Si les fétichistes répondront sans peine à cette question, Julien Féret se chargera de convaincre les plus réticents. Car Julien est beau. Un touché sensuel, de fines accélération, une intelligence comme qui transpire au delà des chaussettes : le milieu caennais est un excitant, doux quand il le faut, puissant quand le jeu l'exige. Alors, et même si le terrain de sa parade amoureuse s'est fait contrariant, Julien a fait chavirer les cœurs. D'une course dans l'entrejeu conclue par une frappe croisée dans le petit filet de Ruffier, le magnifique trentenaire ouvre le score, avec toute la classe qui anime ses ébats footballistiques. Un coup d'éclat suffisant pour satisfaire le stade d'Ornano qui en redemande semaine après semaine. Barbe poivre et sel, pieds de velours : qui n'en ferait pas autant ?
A contre courant
Étincelant la semaine passée face à Rennes, Julien Féret n'est d'ailleurs pas étranger à la bonne forme normande. En enchainant deux succès spectaculaires, l'équipe de Patrice Garande voit s'éloigner le spectre de la relégation tout en y mettant le style. Un challenge pour Saint-Etienne, qui vise le wagon de tête, mais lutte journée après journée pour s'y accrocher solidement. L'entame des Verts ne rassure pourtant pas sur la capacité à le faire. Débordés sur les ailes, les hommes de Galtier peinent à contenir la furia caennaise. Contenues, les offensives des locaux laissent place à l'impact stéphanois et aux manqués qui l'accompagnent. Van Wolfswinkel d'une frappe écrasée, Mollo sur la barre et surtout N'Guemo, d'un plat du pied loin d'être sécurité, échappent les opportunités nettes du peuple vert. Un threesome d'action stérile qui profite dans la foulée à l'homme du match. Profitant de l'appel de Privat, Féret dépose Baysse et dépose le cuir dans les buts de Sainté. Un avantage presque immérité, mais qui se pose en véritable plaidoyer contre l'inefficacité. Une tare dont les Stéphanois ne se départiront...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant