Femmes : l'achat du logement est plus tardif et plus coûteux que pour les hommes

le
0
La pension alimentaire est parfois peu prise en compte par l'établissement bancaire qui octroie le prêt, dans le calcul des revenus d'une femme divorcée. (© D. Faget / AFP)
La pension alimentaire est parfois peu prise en compte par l'établissement bancaire qui octroie le prêt, dans le calcul des revenus d'une femme divorcée. (© D. Faget / AFP)

En cette Journée internationale des droits des femmes, le constat est sans appel pour ce qui concerne le secteur de l'immobilier : l'inégalité hommes-femmes est bien réelle. Selon le courtier Empruntis, les femmes achètent leur premier logement vers 38 ans, soit deux ans plus tard que les hommes, avec des revenus inférieurs d'environ 10% aux leurs, à un coût plus élevé et sur une durée d'emprunt plus longue.

Le courtier a passé au crible sa base de demandes de crédits immobiliers finançables avec promesse de vente signée, déposés l'an dernier sur son site. Son étude porte sur les 17.504 dossiers d'acquisition de résidence principale déposés par des femmes et des hommes empruntant "en solo" et pour la première fois - sur 65.000 dossiers au total, soit environ un emprunteur sur quatre. Il en ressort que l'écart d'environ 10% constaté entre les revenus des femmes et ceux des hommes "n'implique pas de discrimination dans l'accès au crédit", selon Empruntis.

Un coût du crédit potentiellement plus élevé

Toutefois, cette différence de revenus pénalise les femmes à trois niveaux, a constaté le courtier: tout d'abord, leur capacité de remboursement mensuel est plus faible, inférieure de 100 euros en moyenne à celle des hommes, ce qu'elles compensent en partie par «un recours au crédit à la consommation plus modéré».

Ensuite, le coût du crédit contracté par une femme est «potentiellement

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant