Femmes : enfin un numéro utile pour les victimes de viol

le , mis à jour à 10:49
0
Femmes : enfin un numéro utile pour les victimes de viol
Femmes : enfin un numéro utile pour les victimes de viol

Elle s'appelle Laura et scrute son écran d'ordinateur pour chercher des réponses à ses questions, un soutien aussi. Comme 84 000 femmes chaque année en France, elle s'est fait violer. Sur un forum, au lieu de l'aider, les internautes l'accablent et la font culpabiliser. Après tout, est-ce qu'elle ne l'aurait pas un peu cherché ?

 

Ce petit film de trente secondes, qui sera présenté aujourd'hui, est la nouvelle campagne TV et Internet du Collectif féministe contre le viol chargé de faire connaître le dispositif d'aide Viols-Femmes-Informations* qui sera sur nos écrans dans une semaine exactement, à partir du 15 novembre. Le message ? Victimes, oubliez Internet, qui n'est pas un interlocuteur bienveillant, et composez plutôt le 0.800.05.95.95, où on vous remerciera déjà d'avoir appelé, où on vous croira et où on vous dira que vous n'êtes pas responsable de ce que vous avez subi.

 

Au numéro de Viols-Femmes-Informations, on vous orientera peut-être vers une association, un médecin, un psychothérapeute... et on vous proposera également de porter plainte, mais ce sera à vous de décider.

 

Cette permanence, qui existe depuis plus de trente ans, traite en moyenne 7 000 appels par jour. Et, à chaque nouvelle campagne, trois fois plus de nouvelles victimes décrochent leur téléphone.

 

le crime le plus toléré et le moins puni

 

Une association tenant les rênes d'une campagne nationale et pas l'Etat ? « Nous espérons bien que ce sera la dernière et qu'il prendra vite le relais, lance le docteur Gilles Lazimi, le médecin qui coordonne la campagne. C'est bientôt la Journée de lutte contre les violences faites aux femmes (NDLR : le 25 novembre), or, parmi celles-ci, les violences sexuelles sont les plus taboues et celles qui occasionnent le plus de troubles psychotraumatiques. C'est aussi le crime le plus toléré et le moins puni. » Soit seulement 1 173 condamnations en 2013.

 

« Sur ce thème, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant