« Femme de joueur, c'est juste une étiquette »

le
0
« Femme de joueur, c'est juste une étiquette »
« Femme de joueur, c'est juste une étiquette »

Isabelle Malice, son nom de jeune fille, s'appellera bientôt Matuidi. Le mariage avec Blaise, star du PSG et de l'équipe de France, est ainsi programmé l'été prochain. En attendant cet heureux événement, la compagne du milieu de terrain parisien a ouvert en septembre un centre dédié à la petite enfance, dont l'inauguration a lieu aujourd'hui à Orgeval (Yvelines). Ostéopathe en cours de formation et nouvelle entrepreneuse, Isabelle a accepté d'évoquer aussi sa vie quotidienne. Assez loin des clichés qui escortent les femmes de footballeurs.

 

En quoi consiste l'originalité de votre centre baptisé Gimmini ?

ISABELLE MALICE. Les parents participent aux cours de gymnastique, de yoga ou de danse de leurs enfants, de 0 à 3 ans. Ensuite, de 3 à 12 ans, les parents peuvent assister aux séances. Nous sommes dans l'état d'esprit du sport « bien-être », en musique, orienté vers la connaissance des sensations du corps, basé aussi sur l'échange entre parents et enfants. Ce projet est né dans la continuité de la formation d'ostéopathe que j'ai commencée à Nanterre peu après l'arrivée de Blaise au PSG. Cette nouvelle activité me permet aussi de prolonger un lien particulier avec les bébés.

 

Que ce serait-il passé si le transfert de Blaise à la Juventus Turin, fin août, s'était concrétisé ?

Nous aurions déménagé, et j'aurais été moins présente sur place, c'est sûr. Mais le centre aurait quand même ouvert. Le projet était déjà très bien avancé.

 

Quel rôle avez-vous joué à cet instant de sa carrière ?

Blaise connaît ma position. Il était bien sûr nettement plus simple pour moi et nos enfants qu'il reste au PSG. En plus, nous sommes très heureux à Paris. Nous avons vraiment l'intention de vivre ici sur le long terme. Mais je le soutiens dans chaque choix de carrière qu'il a envie de faire. J'écoute aussi ses conseils. Il a maintenant une expérience d'homme d'affaires avec sa société ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant