Fekir reconnait qu'une non-participation à l'Euro serait une déception

le
0

Interrogé par RMC jeudi soir, Nabil Fekir a évoqué son retour imminent sur les terrains après une grave blessure au genou. L'international français a également reconnu que participer à l'Euro 2016 serait compliqué, sans pour autant cesser de croire en sa bonne étoile.

Sept mois après sa grave blessure au genou droit contre le Portugal en amical avec les Bleus, Nabil Fekir voit le bout du tunnel. Ce week-end, le milieu offensif de l’OL reprendra enfin la compétition avec la réserve des Gones. « Petit à petit, je retrouve mes sensations, a glissé l’intéressé sur RMC jeudi soir. Je me sens à 80%. Je suis bien. Je manque de rythme, je le sens à l’entraînement dans les courses et les efforts. Ça va revenir avec les matches, je ne suis pas du tout inquiet à ce niveau-là. » Mais lui voit plus loin que ce simple galop d’essai en CFA. Sa reprise avec les « grands » ne devrait d’ailleurs pas traîner. « Normalement, je dois jouer à Montpellier (ndlr : le 6 avril, 33eme journée de Ligue 1). Sûrement pas 90 minutes. C’est moi qui déciderai. Je pense que je ferai au moins une bonne heure. »

« Où qu’il me mette, je donnerai le meilleur »

Et Nabil Fekir a du temps à rattraper. En son absence, de nombreux éléments offensifs se sont révélés sous les ordres de Bruno Genesio, comme Rachid Ghezzal et Maxwell Cornet. S’il ne fait aucun doute que l’enfant de Villeurbanne récupérera sa place de titulaire quand ses capacités physiques seront pleinement recouvrées, la question du système de jeu existe. Car si les Lyonnais jouent en 4-3-3 depuis quelques mois, c’est dans le 4-4-2 en losange d’Hubert Fournier que Fekir s’est révélé la saison dernière. « Je peux jouer à tous les postes offensifs. Où qu’il me mette, je donnerai le meilleur. Je sais qu’il y a beaucoup de monde qui me préfère en pointe, mais pour moi, derrière les deux attaquants ou en pointe, ça ne fait pas une grande différence », juge-t-il au micro de RMC.

« Ça va être dur, il y beaucoup de monde devant »

Voir plus loin, c’est aussi penser à l’équipe de France. Grand espoir de l’équipe de Didier Deschamps en début de saison, le Lyonnais est aujourd’hui relégué dans la hiérarchie des joueurs offensifs. Et l’émergence des Martial, Coman et Payet ne plaide pas en sa faveur. « L’Euro, c’est dans un coin de ma tête. Je sais que ça va être dur, il y a beaucoup de monde devant, reconnait Fekir. Mais je ne me suis pas donné d’objectifs. Bien revenir, retrouver mes sensations, mes qualités, ce sera déjà bien. Franchement, je serais un petit peu déçu de ne pas y aller. Mais après une grosse blessure comme ça, l’essentiel est déjà de revenir. Et s’il n’y a pas l’Euro, ce n’est pas grave. » S’il n’y a pas d’Euro 2016 au programme de l’international français cet été, celui-ci aura tout le temps pour réfléchir à son avenir. Un futur qui pourrait s’écrire à Lyon ou ailleurs. « On ne sait jamais de quoi demain sera fait, mais normalement je serai toujours lyonnais. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant