Feindouno : "Personne ne serait venu me chercher dans mon lit"

le
0
Feindouno : "Personne ne serait venu me chercher dans mon lit"
Feindouno : "Personne ne serait venu me chercher dans mon lit"

A 34 ans, Pascal Feindouno est de retour en France. Et c'est à Sedan, en National, que l'attaquant guinéen a posé ses valises, plus d'un an après une dernière expérience à Lausanne marquée par un problème de santé. Alors, entre deux conférences de presse, Pasqui évoque son arrivée chez les Sangliers et revient sur son année écoulée. Avec le sourire d'un homme qui peut enfin rejouer au foot.

Bonjour Pascal. Comment se passe votre arrivée dans les Ardennes ? Ca s'est très bien passé, j'ai été très bien accueilli, il y a une superbe ambiance. Les gens sont sympas, respectueux… Ca fait 4-5 fois que je m'entraine, et tout va bien.
Comment ont réagi vos coéquipiers en vous voyant débarquer ? Ils m'ont reconnu. Ils attendaient juste de voir ce que je pouvais donner sur le terrain. Mais le Pasqui d'avant, il a pas changé, c'est toujours le même. Il a rien perdu ! Les gens pensaient que Pasqui allait arriver gros, comme ça faisait un an sans jouer, sans compèt. Mais c'était une reprise.
Et alors, niveau poids ? J'ai gardé le même poids, je suis toujours aussi fit.
Qui a pris contact avec vous pour vous faire venir à Sedan? C'est un agent qui est rentré en contact avec moi, on s'appelait. Il était sympa avec moi, et puis je me suis retrouvé là. Il m'avait parlé aussi de l'ambition du club, de ce qu'ils souhaitaient faire l'année prochaine. Donc, je voulais participer à la renaissance du club. Il y a quelques années, ils ont eu quelques problèmes, mais maintenant, ils n'ont qu'une chose en tête, c'est de remonter au plus vite.
L'intérêt des Saoudiens pour le club vous a t-il influencé ? Pas tellement car pour l'instant rien n'est fait. J'en ai entendu parlé, mais pas plus que ça.
Mis à part Sedan, y'a t-il eu d'autres contacts ? A l'étranger oui, mais pas en France. Mais c'était trop tard pour signer à l'étranger, donc on est rentrés en contact avec les gens d'ici.
Evidemment, cette dernière année a été marquée par votre accident cardiaque (lorsqu'il évoluait à Lausanne en mai 2014, il avait été victime d'un malaise après la rencontre face à Bâle, ndlr). Ou en êtes vous niveau santé ? Tout va bien ! Ca m'a fait peur au début, mais je suis bien maintenant. Autant dans la tête que physiquement. Je suis peut être à 70% pour le moment, mais pour les 30 restants, à force de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant