FedEx, morose sur l'horizon économique, baisse en Bourse

le
0
FEDEX AFFICHE UN BÉNÉFICE EN HAUSSE AU 3E TRIMESTRE
FEDEX AFFICHE UN BÉNÉFICE EN HAUSSE AU 3E TRIMESTRE

par Lynn Adler

(Reuters) - FedEx a annoncé jeudi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, mais l'action est en nette baisse en Bourse, le numéro deux mondial de la messagerie ayant revu en baisse ses prévisions de croissance économique pour 2012.

Pour le trimestre en cours, le quatrième de l'exercice fiscal 2011-2012, le groupe prévoit un résultat par action hors exceptionnels compris entre 1,75 et 2,00 dollars, contre 1,98 dollar attendu en moyenne par les analystes financiers, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Vers 14h20 GMT, l'action FedEx cédait 3,07% à 93,88 dollars alors que le S&P 500 cédait 0,69%.

Depuis le début de l'année, la valeur affiche cependant un gain de quelque 13%, faisant mieux que son rival UPS (+10%) et le S&P 500 (+12%).

FedEx a souligné que la cherté du kérosène incitait ses clients à privilégier la route pour le transport de marchandises afin de faire des économies.

"Le quatrième trimestre est toujours très bon, mais ce que nous constatons en ce moment (...) c'est que l'économie n'est pas aussi vigoureuse que ce que nous espérions il y a un an", a déclaré Alan Graf, directeur financier de FedEx, lors d'une conférence téléphonique.

"L'environnement économique et l'élasticité que nous voyons sur nos services haut de gamme due à la cherté des coûts du carburant freinent notre élan", a-t-il ajouté, évoquant notamment la faiblesse de l'économie européenne comme cause d'une révision à la baisse des perspectives de croissance de l'économie mondiale.

La valeur des biens transportés chaque année par FedEx, par route et par les airs, constitue l'équivalent de 4% du produit intérieur brut (PIB) américain et de 1,5% du PIB mondial.

PAS DE CHANGEMENT DE STRATÉGIE EN EUROPE

FedEx a fait état d'un bénéfice du troisième trimestre en hausse plus marquée que prévu, invoquant une amélioration des rendements et des livraisons record durant la période des fêtes de fin d'année.

Le bénéfice net se monte à 521 millions de dollars pour le trimestre clos le 29 février, soit 1,65 dollar par action, contre 231 millions (73 cents) un an auparavant.

Le bénéfice ajusté des éléments exceptionnels ressort à 1,55 dollar par action contre 81 cents un an plus tôt et 1,35 dollar attendu par les analystes de Wall Street.

Le chiffre d'affaires a progressé de 9% à 10,56 milliards de dollars contre 9,66 milliards un an plus tôt et un consensus Thomson Reuters I/B/E/S/ de 10,6 milliards.

"C'est une très bonne année pour le groupe et ce malgré le fait qu'il ne tourne pas à plein régime. Il y un potentiel de hausse significatif pour l'entreprise", a déclaré Art Hatfield, directeur général de l'analyse actions chez Morgan Keegan.

Frederick W. Smith, directeur général de FedEx, a refusé de commenter l'annonce de rachat de TNT Express par son principal concurrent UPS, réaffirmant la volonté de FedEx de privilégier la croissance interne en Europe.

"FedEx Express a une activité rentable, pesant plusieurs milliards de dollars, en Europe, qui est en forte croissance. Nous sommes très confiants dans nos projets visant à poursuivre cette expansion, qui passeront en priorité par de la croissance organique", a-t-il dit.

FedEx est en phase de renouvellement de sa flotte en vue de faire des économies en matière de consommation de kérosène, le groupe ayant annoncé en décembre son intention d'acheter de nouveaux Boeing pour remplacer certains avions vieillissants et celle de reporter la livraison d'autres appareils pour réduire les dépenses.

Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant