Fed : retour au mandat, le vrai

le
0
Bruno Cavalier, chef économiste. (© Oddo Securities)
Bruno Cavalier, chef économiste. (© Oddo Securities)

Les minutes de la réunion d’avril du FOMC ouvrent la voie à une hausse des taux de la Fed en juin ou en juillet. Le marché qui s’était positionné sur l’idée d’un statu quo jusqu’au début de 2017 a radicalement changé ses vues.

Les trois conditions requises pour cette hausse (rebond de la croissance, progression de l’emploi, redressement de l’inflation) nous semblent réunies. L’obstacle serait que les conditions financières se dégradent à nouveau maintenant que la Fed a relancé le cycle de normalisation monétaire. Il n’est toujours pas clair de savoir qui, de la Fed ou des marchés, mène la danse. 

Vers une hausse du taux directeur

La subtilité n’est pas forcément le meilleur moyen d’être entendu, ni compris. Après sa réunion du 27 avril, la Fed avait omis de mentionner que la situation économique et financière globale posait un risque comme elle le faisait six semaines plus tôt. Il y avait plus d’information dans ce qui n’était pas dit que dans ce qui était dit.

Par comparaison, les minutes de cette même réunion ont le mérite de la clarté. Elles disent qu’une majorité de membres du FOMC était prête à voter une hausse de taux dès la réunion du 15 juin si trois conditions sont réunies. 1) Que la croissance économique rebondisse au deuxième trimestre. 2) Que les conditions d’emploi continuent de s’affermir. 3) Que l’inflation progresse vers la cible de 2%

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant