FDJ : Madiot raconte comment il a vécu l'exploit de Pinot

le
0
FDJ : Madiot raconte comment il a vécu l'exploit de Pinot
FDJ : Madiot raconte comment il a vécu l'exploit de Pinot

Dans un billet posté sur le site Cyclingnews, Marc Madiot, le manager de la FDJ, raconte comment il a vécu la victoire de Thibaut Pinot à l'Alpe d'Huez il y a une semaine. Il en profite également pour faire un point sur le marché des transferts.

Marc Madiot est un homme heureux. Au fond du trou, comme son équipe, en début de Tour, le manager de la FDJ a su relever la tête pour redonner confiance à son groupe. Une abnégation récompensée dans la troisième semaine, avec la victoire historique de Thibaut Pinot à l’Alpe d’Huez samedi dernier. Un exploit que Madiot a vécu loin de la ligne d’arrivée et de son coureur, comme il le raconte ce vendredi sur Cyclingnews.

« Je n’étais pas à l’Alpe d’Huez quand Thibaut a gagné. Avec Fred Grappe, notre directeur de la performance, nous étions dans la vallée pour ravitailler nos coureurs comme les deux voitures de nos directeurs sportifs étaient très occupées par la course (ndlr : Alexandre Geniez et Thibaut Pinot étaient à l’avant). Nous avons garé notre voiture sur le bord de la route aux Bourg d’Oisans, et nous avons regardé la télévision et écoute Radio Tour.

Madiot ne recrutera pas des stars

Les gendarmes, qui étaient censés surveiller le trafic, sont venus près de notre voiture pour suivre la course avec nous. Et comme Pinot montait à l’Alpe d’Huez, les fans se sont agglutinés autour de nous et sont devenus fous. Je ne sais pas combien ils étaient : 50, 100,... Les gens criaient et étaient fous de joie. Les gendarmes était heureux également. Fred Grappe et moi-même n’avions plus de force après la victoire de Thibaut. Nous étions soulagés mais aussi épuisés. »

Puis Marc Madiot a fait un point sur le marché des transferts. Pendant le Tour de France, les critiques se sont abattues sur son équipe que certains ont jugé trop faible pour accompagner Thibaut Pinot sur un Grand Tour. « Je ne peux pas me permettre de recruter des coureurs avec des gros salaires. Certains de mes collègues rêvent de faire des affaires en achetant ou en vendant des coureurs comme les clubs le font dans le football. Mais je ne suis vraiment pas intéressé par ce genre d'affaires. Je suis bien plus passionné par le fait de contribuer au développement des coureurs et de vivre une aventure avec eux sur le long terme », répond le patron de la FDJ sur Cyclingnews.

 

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant