FC Midtjylland : des chiffres et trop de lettres

le
0
FC Midtjylland : des chiffres et trop de lettres
FC Midtjylland : des chiffres et trop de lettres

Le nom FC Midtjylland fait peur aux yeux, mais aussi sur le rectangle vert. Dominateurs au Danemark, les Loups veulent désormais être craints par l'Europe. Simplement armés, par leur nouveau propriétaire, Matthew Benham, de chiffres.

Arielle et Bertrand le savent : M-I-D-T-J-Y-L-L-A-N-D n'est vraiment pas un bon tirage pour un "coup de lettres". Il s'y trouve bien les deux voyelles minimum réglementaires mais surtout une lettre superflue pour les dix autorisées sur le board. Et même si Laurent s'aventurait, en patron du jeu, à ignorer les règles, les plus fins limiers n'auraient jamais pu trouver mieux qu'un décevant "6 lettres/Pas mieux", avec "Milady" ou "Limant". Cela aurait été bien plus simple pour tout speaker - non-danois - de match que ces onze lettres, pourtant dans le bon ordre. L'obstacle à franchir entre le "I" et le "Y" a de quoi faire passer Dnipropetrovsk pour un parcours de santé. Mais à trop se concentrer sur les lettres, on en oublie sans doute l'essentiel avec ce FC Midtjylland : les chiffres. Comment un club avec le budget de Bastia en est arrivé à faire tomber Southampton, Bruges et le Legia Varsovie ces dernières semaines ? Comment ce club danois se retrouve à jouer ce jeudi soir la première place du groupe D face à Naples, l'actuelle chaudière italienne ? Grâce à une stratégie, paraît-il, basée sur les chiffres. Et certainement pas les lettres.

Brad Pitt, baseball et sms


Matthew Benham est l'homme derrière cette révolution. Déjà propriétaire de Brentford, il décide d'investir 8,5 millions d'euros dans le club basé à Herning à l'été 2014. Aussi président de Smartodds, un site de paris en ligne, il s'inspire alors des A's d'Oakland. Ce club californien de baseball a surpris la MLB (Major League Baseball) dans les années 1990 en basant ses compositions d'équipe sur les statistiques et les indicateurs clés de performance. Une stratégie d'ailleurs traduite sur grand écran dans le film Moneyball, avec Brad Pitt et Jonah Hill, en 2011. Le FC Midtjylland en a fait son mantra. Les chiffres sont alors au cœur de tous les aspects de la vie du club. "Les datas sont plus justes que l'œil humain" justifie Rasmus Ankersen, président du FCM, à seulement 31 ans. Pour l'anecdote, lorsque Ankersen rencontre pour la première fois Benham, il lui demande si le club londonien allait obtenir sa promotion. Réponse originale et précise de Benham : "On a 42,3% de chances de monter". Au Danemark, la stratégie a en tout cas livré des résultats immédiats : à la fin de la saison 2014-2015,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant