FC Astana, kazakh rouge

le
0
FC Astana, kazakh rouge
FC Astana, kazakh rouge


Le FC Astana découvre ce soir l'hymne de la Ligue des champions, une belle performance pour un club dont la structure actuelle remonte à 2009. Le fait d'être le club de l'autoritaire président du Kazakhstan Nursultan Nazarbaïev aurait-il simplifié les choses ?

27 août 2015. Lucas Podolski résume parfaitement le sentiment de l'amateur de foot moyen apprenant que le FC Astana va jouer la phase de groupes de la Ligue des champions : tombé dans le même groupe que son Galatasaray, l'attaquant sort un tweet ingénu exprimant son impatience assorti d'une photo de... Borat. Voilà l'image du Kazakhstan que retient l'international allemand. Soit la raison même de la volonté de la capitale kazakhe de jouer la plus grande compétition européenne. Le Kazakhstan ne veut plus être cantonné à l'humour potache, ni être relégué à la marge sportive. Les 6 000 km parcourus par le tout jeune FC Astana pour affronter le Benfica, ce soir à l'Estádio da Luz de Lisbonne, constituent un premier pas. Il ne faudrait pas que ce soit le dernier.

Can't wait... pic.twitter.com/rfYJ8Acl2m

— Lukas-Podolski.com (@Podolski10) 27 Août 2015

Club artificiel, pelouse synthétique


Le FC Astana, Астана футбол клубы en VO, est un modèle de construction artificielle. C'est d'abord le club d'une capitale qui n'existait pas il y a 20 ans : Astana est une bourgade entourée de steppes jusqu'en 1997, quand Nursultan Nazarbaïev décide d'en faire la capitale de la République du Kazakhstan aux dépens d'Almaty et son million d'habitants. C'est ensuite un club dont la création remonte à 2000, le stade à 2009, le nom actuel à 2011 – bien loin des 61 ans d'histoire du Kairat Almaty que les Bordelais ont découverts cet été. C'est enfin un club dont le logo, les couleurs et les propriétaires ont varié au gré de la volonté d'État. Alors, suivant la lettre de Montesquieu – la volonté du souverain est le souverain lui-même – le FC Astana est rapidement devenu le patron.

Le décollage a lieu en 2009 quand le FC Alma-Ata, ex-Cesna Almaty, change une troisième fois de nom en neuf ans pour devenir le Lokomotiv Astana. Et toute la différence réside dans ce nom : la compagnie ferroviaire nationale, la Kazakhstan Temir Zholy, devient le sponsor du club. Le premier étage de la fusée est largué, la mise en orbite prochaine. Elle intervient moins…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant