Favoriser l'épargne longue, c'est urgent ! 

le
0

(lerevenu.com) - Pour Paul-Henri de La Porte du Theil et Pierre Bollon, respectivement président et délégué général de l'association, ?il est urgent et important d'agir en faveur de l'épargne longue?. Bien que les Français consacrent une part importante de leur revenu à l'épargne, celle-ci est majoritairement orientée vers des placements de court terme et vers l'immobilier plutôt que vers les entreprises et le financement de l'économie. 

En outre, les normes réglementaires de ratios de fonds propres pour les banques (Bâle III) et pour les compagnies d'assurance (Solvency II) limitent, d'un côté, les crédits accordés aux entreprises et, de l'autre, l'investissement en titres de propriété : ?Le poids des actions dans les fonds en euros des contrats d'assurance vie est inférieur à 5% (hors actions financières)?, regrette Paul-Henri de La Porte du Theil. Pour relancer l'épargne longue, l'AFG propose dix mesures.
 
Trois mesures réglementaires
* Mettre en place des fonds communs d'investissement de long terme. Ils correspondent à une adaptation de l'outil OPCVM, dont le fonctionnement est performant, à une maturité de long terme. Ils seraient accessibles à tout public, avec un avertissement spécifique sur leur caractère long terme.
* Élargir le Perp au-delà de son option assurantielle en accueillant aussi des titres en direct, OPCVM, placements bancaires, etc. : ?En France il n'existe pas de produit individuel avec une sortie en capital?, déplore Pierre Bollon.
* Rendre les fonds de capital-investissement éligibles au ratio libre des UCITS (Undertakings for the collective investment in transferable securities) et assouplir le régime des ?aides d'État? qui bride les capacités d'investissement des FIP et FCPI.
 
Sept mesures fiscales :
* Créer un ?PEA PME? investi en titres de PME (actions et obligations), cotées ou non, dont la capitalisation est inférieure à 1 milliard d'euros : ?Le plafond de ce nouveau support pourrait avoisiner les 50 ou 60 000 euros?, précise Pierre Bollon.
* Relever le plafond du PEA (132 000 euros depuis le 1er janvier 2003) à 200 000 euros.
* Favoriser fiscalement la détention d'unités de compte au sein des contrats d'assurance vie.
* Soutenir l'investissement dans les FIP et FCPI en les excluant du plafond global des niches fiscal.
* Favoriser l'investissement des entreprises dans des fonds finançant les PME (comme les FCPR) en les faisant bénéficier d'un taux d'IS (impôt sur les sociétés) incitatif.
* Fixer à nouveau à 8% (20% actuellement) le taux du forfait social appliqué aux versements sur l'épargne retraite, Perco et art 83 notamment.
* Accorder le même traitement aux placements via les OPCVM qu'aux placements directs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant