"Faut pas se mentir : marquer autant flatte aussi un peu ton ego !"

le
0

Sébastien Haller affole le championnat néerlandais depuis un an. 4e meilleur buteur français sur l'année civile 2015, l'ancien joueur formé à Auxerre enfile les perles au FC Utrecht. Entretien posé avec un homme dont le maître-mot est limpide : marquer.

Plus jeune, tu n'as pas commencé par le foot, mais le judo. Quand est-ce que le foot est apparu comme une évidence pour toi ? Franchement, tout de suite. C'est juste qu'à mes débuts dans le sport, j'avais été jugé trop jeune pour commencer le foot d'après certaines personnes. Ma mère m'a donc inscrit au judo. Au début, c'était assez sympa, assez marrant. Mais au bout d'un moment, ça m'a vite lassé et je suis moi-même allé chercher les papiers d'inscription au club de football de ma ville (rires). Puis les coachs de Vigneux, qui étaient des gens du quartier, m'ont vu aussi jouer et m'ont conseillé de le faire. Très vite, j'ai préféré les terrains de foot aux tatamis.

À tes premiers pas, tu es resté deux ans au CS Brétigny, club où sont notamment passés Jérémy Ménez, Patrice Évra ou encore Mehdi Benatia. Quels souvenirs en gardes-tu ? Je suis effectivement resté deux années là-bas, mais c'était une période très courte. J'ai eu la maladie d'Osgood-Schlatter et ça m'a pratiquement éloigné des terrains pendant toute une saison juste avant de venir à Auxerre. Le souvenir que j'en garde principalement, c'est qu'il y avait des gens compétents et que c'était un club bien structuré. Ça faisait vraiment plaisir de travailler dans un cadre propice au développement. On avait vraiment l'impression que le club pouvait nous donner de bonnes bases pour notre avenir. Ça fonctionne très bien là-bas. Je ne connais pas les secrets ou les petits trucs qui font que beaucoup de joueurs réussissent à Brétigny, mais je n'en ai que des bons souvenirs.

Très tôt, tu as toujours été le plus grand et le plus costaud dans tes équipes. C'est en raison de ce physique longiligne que tu as choisi d'évoluer en tant qu'attaquant (il mesure aujourd'hui 1m90, ndlr) ? Non, pas du tout. Honnêtement, j'ai toujours aimé marquer des buts. Pour moi, le football, c'est ça. C'est quelque chose que j'appréciais particulièrement et que j'essayais de vraiment faire tout le temps. Car je prenais énormément de plaisir à inscrire des buts. C'est ça qui me motivait et me tenait en éveil. C'était un besoin. Je ne m'y suis pas senti obligé, c'est quelque chose qui m'est venu comme ça, sans me poser de question. Naturellement et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant