Faut-il vraiment faire confiance aux banques en ligne ?

le
0

VRAI/FAUX - De plus en plus de Français se déclarent tentés par les banques en ligne. Moins chères, plus réactives...Qu'en est-il réellement ? Explications.

Boursorama, Fortuneo, Hello Bank, ING Direct ou encore Monabanq. Leurs noms vous sont sans doute revenus aux oreilles. C'est normal: si vous êtes en train de monter un dossier pour un crédit immobilier ou tout simplement de réfléchir à changer de banque, vous avez dû entendre parler de ces banques en ligne. Moins chères, plus réactives, elles devraient plaire à une clientèle désireuse de ne plus perdre de temps en agence. Mais qu'en est-il réelement?

• Les banques en ligne sont-elles vraiment moins chères que les banques traditionnelles?

Oui. Si l'on en croit la dernière étude de l'association CLCV, «le coût moyen est 1,6 à 3 fois moins élevé» pour les banques en ligne par rapport aux banques traditionnelles. Ainsi, que vous soyez un grand consommateur de services bancaires ou pas, les établissements financiers qui vous proposeront les tarifs les moins élevés seront des banques en ligne. Prenons l'exemple de la carte de paiement standard: là où vous paierez entre 37 et 43 euros par an chez BNP Paribas, Caisse d'Epargne, Crédit agricole, LCL ou Société générale, le service est gratuit en ligne...ou presque. Monabanq vous facturera ainsi 24 euros par an. Attention tout de même à ne pas rester trop inactif: si vous n'utilisez pas votre carte pendant 4 mois, vous devrez débourser entre 10 et 50 euros chez Fortuneo, et 50 euros chez Hello Bank. Côté placements, les livrets d'épargne ne subissent aucun frais et assurent un taux de rémunération jusqu'à trois fois supérieur à celui des livrets traditionnels. Idem pour les contrats d'assurance vie. La gestion de votre compte sur Internet ne vous en coûtera rien quand 58 des 135 établissements financiers classiques vous le facture, selon CLCV.

• Tout le monde peut-il y prétendre?

Non. Pour bénéficier d'une carte de paiement standard, un client devra, pour la plupart des banques en ligne, justifier de 1200 euros de revenus mensuels et de 1200 à 2400 euros par mois s'il souhaite obtenir une carte Gold, selon une enquête réalisée par l'association 60 millions de consommateurs. Dans les deux cas, deux banques se distinguent par la gratuité de leur coût: ING Direct et Monabanq.

• Sont-elles aussi sûres que les banques traditionnelles?

Les banques en ligne sont des filiales des groupes bancaires...traditionnels. Ainsi, Boursorama appartient à Société générale, Hello Bank à BNP Paribas, Fortuneo au Crédit mutuel-Arkea et Monabanq, au Crédit mutuel 11-CIC. Elles présentent donc les mêmes garanties. Mais avec des tarifs nettement moins élevés. Ce qui prouve que les banques standard peuvent offrir des services à des prix bas. Mais en raison des coûts que génèrent les agences, elles proposent des tarifs élevés. Trop pour les clients qui désertent de plus en plus les agences. Conséquence: pour répondre aux attentes de la jeune clientèle, elle se doit d'être présente sur Internet. D'où la création de banques en ligne.

• Leur offre est-elle aussi complète que celle des banques traditionnelles?

Pas forcément. L'objectif d'une banque en ligne est avant tout de se démarquer par la (quasi) gratuité de ses services, en raison de la relation à distance qu'elle entretient avec ses clients et non pas via une agence. «L'offre de crédit n'est pas encore très étoffée, même si ça vient progressivement», explique-t-on chez 60 millions de consommateurs». Ainsi, un client privilegiera encore la banque traditionnelle à la banque en ligne pour obtenir un prêt immobilier. Autre inconvénient: l'impossibilité, pour la plupart, de déposer des espèces, sauf à passer par un mandat cash de La Poste, ou l'obligation d'envoyer un courrier pour déposer un chèque. «Les clients de Hello bank!, peuvent déposer, gratuitement, leurs chèques dans les agences du réseau BNP Paribas et leurs espèces dans certains distributeurs et guichets automatiques bancaires (signalés en géolocalisation sur les applis de la Banque), explique-t-on chez Hello bank!, «seule banque mobile à proposer ces services en France»».

• L'avis d'un financier : Marc Fiorentino, associé-gérant d'Euro Land Corporate*. «Les banques en ligne auraient pu être la banque d'aujourd'hui, mais le système a été phagocyté depuis qu'elles se sont fait racheter par les banques traditionnelles. Le secteur bancaire va vivre une révolution totale comme l'a connue la musique ou encore le livre et les télécoms. La banque de demain risque d'être un agrégateur de tous les opérateurs low-cost qui vont proposer une sorte d'application simple permettant de tout faire au plus bas prix».

Le point de vue des internautes:

* auteur de l'ouvrage «Faites sauter la banque» (Editions Stock)

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant