Faut-il profiter des taux bas et s'endetter aujourd'hui ?

le
1

Au-delà de la pierre, des investisseurs très avisés sont tentés d'investir à crédit dans des placements financiers

Les taux bas actuels pénalisent les épargnants mais favorisent les emprunteurs. Les taux des crédits immobiliers sont en effet historiquement bas. En octobre, mois traditionnellement porteur sur le marché immobilier, les banques ont consenti de nouveaux rabais importants. Elles accordent en moyenne des prêts à 2,5 % (hors assurance) sur 15 ans et à 2,85 % sur 20 ans. Dans certains établissements, les meilleurs clients décrochent même en ce moment un prêt à 1,85 % (hors assurance) sur 15 ans, selon le courtier Cafpi. Généralement, ces emprunteurs sont dotés d'un solide apport personnel, d'épargne et travaillent (en CDI) dans une bonne entreprise. Car, compte tenu de la crise économique et des nouvelles exigences réglementaires auxquelles elles doivent faire face, les banques ont encore durci leurs critères d'octroi de crédit.

L'immobilier commercial retrouve un peu de vigueur

Par ailleurs, si l'on tient compte de l'inflation extrêmement basse (0,4 %), les taux réels des crédits ne sont pas si bon marché que cela (2,10 % sur 15 ans après inflation). Faut-il alors s'endetter aujourd'hui? «Oui, si c'est pour acheter sa résidence principale, répond Éric Pompon, directeur de l'immobilier chez Meeschaert Gestion Privée. Ceux qui le peuvent ont toujours intérêt à devenir propriétaire le plus jeune possible», insiste-t-il. Souscrire un crédit pour investir dans de la pierre papier présente aussi un certain intérêt.

Même si les rendements ont baissé, les spécialistes estiment ainsi qu'il est encore judicieux d'investir dans des parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), largement investies dans l'immobilier de bureaux et de commerce. «L'immobilier commercial retrouve un peu de vigueur. Les loyers qui avaient baissé sont en train de se stabiliser», estime Éric Pompon.

Toutefois, attention, les banques financent un peu moins facilement l'investissement dans la pierre. «Elles exigent au moins 10 % d'apport et les taux de crédit sont environ 0,10 % plus élevés que pour financer sa résidence principale», prévient Sandrine Allonier, responsable relations banques chez VousFinancer.com. Ce qui pèse sur l'investissement locatif. «Compte tenu de la baisse des prix de la pierre et des loyers dans bien des villes, l'immobilier n'est plus un actif sans risques», relève en outre Vincent Meilhac, directeur de Bred Banque Privée. Il est donc plus que jamais indispensable de bien sélectionner son bien et de s'assurer qu'il sera possible de le louer. Pour améliorer le rendement de son investissement, les experts préconisent de privilégier les dispositifs de défiscalisation (Pinel, Malraux, Monuments historiques, nue-propriété...).

Certains investisseurs très avisés sont aussi tentés de profiter des taux d'intérêt très faibles pour investir à crédit dans des placements financiers. Quelques happy few fortunés obtiennent en ce moment des prêts à taux fixes de l'ordre de 1,75 % sur 5 ans ou 1,3 % sur 3 ans. Reste à savoir où placer cet argent, car il n'est pas facile de trouver un placement dont la rémunération est supérieure à 1,75 % sans risque. «Quand les banques l'acceptent, l'investissement sur le fonds en euros permet de réaliser un petit gain. Les autres supports, même d'apparence sécuritaire, exposent l'investisseur à une perte en capital», explique Laurent Desmoulière, directeur de l'ingénierie patrimoniale chez Meeschaert Gestion Privée. Les fonds en euros devraient rapporter entre 2,6 % et 2,7 % en moyenne cette année. Le gain pour l'épargnant sera donc très limité. Le jeu en vaut-il la chandelle?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le jeudi 9 oct 2014 à 12:57

    S'endetter en Euros et si demain on repasse au Francs ?