Faut-il faire piloter son assurance-vie par des pros ?

le
2
Pour améliorer les performances de leur assurance-vie sans avoir à s'en occuper, de plus en plus d'investisseurs font confiance aux services de gestion pilotée proposés par leur assureur. Une prestation haut de gamme que les contrats Internet proposent aujourd'hui au plus grand nombre.

En quoi consiste la gestion pilotée?

Le principe de la gestion pilotée, parfois dénommée gestion déléguée ou sous mandat, est simple. L'assureur à qui vous confiez votre épargne va déléguer à un gérant renommé (DNCA Finance, Edmond de Rothschild AM, Lazard Frères Gestion, Rothschild & Cie Gestion...) le soin de s'occuper de sélectionner les meilleurs OPCVM du marché, d'identifier les secteurs porteurs pour saisir des opportunités partout dans le monde et de se retrancher sur des actifs plus sûrs lors des bourrasques boursières. Un service très appréciable lorsqu'on cherche à doper le rendement de son contrat d'assurance-vie sans avoir le temps, ou les connaissances, pour le faire soi-même.

Les résultats sont-ils à la hauteur?

Les résultats sont très satisfaisants, si l'on se fie aux performances passées. En 2010, les formules de gestion offensive, majoritairement investies en OPCVM actions, ont grimpé de plus de 15 %, alors que le CAC 40 baissait de 3,34 %. Si leurs performances ont été moins spectaculaires depuis, elles font souvent jeu égal avec le CAC 40 dans les périodes de hausse, tout en limitant la casse lorsque l'indice baisse. Quant aux profils plus prudents, ils rapportent régulièrement davantage que les fonds en euros à capital garanti des contrats d'assurance-vie, avec, tout de même, un risque de perte en capital.

Ces résultats séduisent les épargnants: ING Direct constate un réel intérêt de ses clients pour ce mode de gestion qui représente désormais 15 % de ses encours en assurance-vie. Sachez, toutefois, que les sociétés à qui vous confiez votre épargne ne sont pas totalement indépendantes, puisqu'elles gèrent également des fonds. Il est ainsi fréquent de retrouver dans leur allocation de 20 à 30 % de fonds «maison». Même si certains sont sans doute de bonne facture, cela permet de douter d'une sélection totalement objective. À la fin de 2012, 52 % du profil «Carte blanche», géré par Invesco AM et proposé dans le contrat Croissance Vie, étaient ainsi investis en fonds Invesco AM.

Ce type de gestion est-il facilement accessible?

Jusqu'à présent, cette expertise de haut niveau était réservée à la clientèle fortunée des conseillers en gestion de patrimoine ou des banques privées. Mais, depuis quelques années, des contrats d'assurance-vie en ligne, sans frais d'entrée, démocratisent ce service. Nous en avons identifié une dizaine: Abivie, Altaprofits Vie et Titre@Vie chez Altaprofits, Boursorama Vie (Boursorama Banque), Croissance vie (Epargnissimo), Mes-Placements vie (Finance Sélection), Symphonis Vie (Fortuneo Banque), ING Direct-Vie (ING Direct), Ma Sentinelle Vie (Advize) ou encore l'ensemble des contrats de Linxea. Ils sont, pour la plupart, très accessibles: il suffit souvent d'avoir investi quelques milliers d'euros sur son contrat pour accéder à l'offre (1000 ¤ chez Boursorama!). Ensuite, après avoir répondu à un questionnaire, on choisit parmi les profils de gestion plus ou moins risqués proposés.

Le coût d'une gestion pilotée s'élève entre 0,1 % et 0,4 % de plus par rapport à une gestion traditionnelle. Ainsi, les frais de gestion de ces contrats sont compris entre 0,85 et 1 % par an. À titre de comparaison, ceux demandés par les conseillers en gestion de patrimoine ou les banques privées sont souvent compris entre 1,50 % et 2 % par an, sans parler des frais d'entrée prélevés sur les contrats, pouvant dépasser les 4 % (mais toujours négociables).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le lundi 13 mai 2013 à 12:04

    A l'exception des très bons et rares gérants, un singe gérerait mieux votre épargne que les professionnels; en accordant un peu de temps à la gestion de son contrat d'assurance vie, vous pouvez très raisonnablement obtenir une performance moyenne de 4/6%/an sans prise de risques démesurée; évidemment vous n'obtiendrez pas +20%/30% de hausse comme la bourse mais vous éviterez surtout les pertes de -40/60%. Il ne faut pas non plus tant s'y connaître comme tant de gens intéressés vous font croire.

  • M3182284 le samedi 11 mai 2013 à 23:15

    C'est de la pub? contrat assurance unité de compte=0,85 + frais de gestion de la sicav= 1,5% + frais de la société de gestion d'allocation 1% soit plus de 3 % payés à 3 intermédiaires. Si on a la chance d'être à l'ISF , on arrive à l'équilibre à 4% par an. Les risques étant toujours du même coté.