Faut-il croire à un retour en grâce des pays émergents ?

le
0
La Bourse de Bombay. (© N. Mirguet)
La Bourse de Bombay. (© N. Mirguet)

Après avoir longtemps tiré la croissance mondiale, les émergents souffrent depuis deux ou trois ans. En cause : le ralentissement de l’économie chinoise, l’effondrement du prix des matières premières et la remontée des taux d’intérêt américains. En trois ans, ces pays ont subi une sortie nette de capitaux de 164 milliards de dollars selon Aurel BGC.

Entre 2010 et 2015, Coface estime que leur croissance a été divisée par deux pendant que leur endettement progressait fortement. Ces difficultés n’ont pas épargné les marchés actions locaux. Entre septembre 2014 et janvier 2016, l’indice MSCI Emerging Markets a abandonné près de 40%. Dans le même temps, l’Eurostoxx 50 perdait moins de 12% et le Dow Jones (Etats-Unis) moins de 10%.

Un retour en grâce ?

Mais depuis fin janvier, la mauvaise performance des bourses émergentes semble avoir pris fin. En deux mois, l’indice s’est repris de près de 20%. De quoi croire à un retour en grâce des pays émergents ? Probablement pas.

Le rebond des actions émergentes tient à deux phénomènes. D’un coté la forte appréciation du prix des matières premières et, notamment, de l’or noir. Elle donne un peu d’air aux pays qui en sont fortement exportateurs, comme la Russie, l’Afrique du Sud, les pays du Golfe et le Brésil. Selon les spécialistes d’Aurel BGC, le taux de corrélation entre l’indice Dow Jones Emerging Market et le prix du

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant