Faut-il avoir un gros boule pour bien jouer au foot ?

le
0
Faut-il avoir un gros boule pour bien jouer au foot ?
Faut-il avoir un gros boule pour bien jouer au foot ?

Avec le retour 5 étoiles de Lassana Diarra, la guerre des fans fait rage entre tenants du jeune loup Verratti et partisans du briscard Diarra. En attendant, c'est l'école du beau postérieur qui ramasse de nouveaux arguments. On a tenté d'y voir plus clair.

Il y a, parmi les fans de foot, de nombreux pygophiles qui s'ignorent. A savoir des supporters émoustillés par la vue d'une belle paire de fesses parvenant à s'extirper d'un marquage un poil serré, ou à maintenir à distance un prétendant un peu trop pressant. L'amateur se pâme, s'émeut devant le culot d'Eden Hazard et l'insolence de Samir Nasri. Il succombe à la danse de Marco Verratti, s'abandonne à l'aisance de Lassana Diarra. Ses esprits repris, il s'interroge : mais pourquoi diable les meilleurs ont-ils un bête de boule ?

Usain Bolt en Kahmo-Sutra


Le Docteur Collado, médecin sport à Marseille, en connaît un rayon sur l'arrière-train. Doc' d'Istres en Ligue 2, de l'Equipe de France féminine à l'Euro 2013 en Suède, de celle de Beach Soccer en 2014, il a vu passer pas mal de culs. Il y va sans détours : " Le grand fessier est un des muscles le plus important du corps. Son action musculaire, c'est être extenseur de hanche, il vous fait aller la hanche en arrière. Quand vous courrez, quand vous prenez l'impulsion, l'extension de hanche est très importante. Donc en gros, plus on a un gros fessier, plus on va avoir une impulsion dynamique. " Ce n'est donc pas toute la région glutéale, le terme adéquat pour les dîners en ville, qui est en jeu, mais un seul de ses trois muscles, le gluteus maximus. Et cela ne vaut pas que pour les footballeurs : " Si vous regardez les sprinteurs, Bolt, Gatlin, ils ont des gros fessiers. Dès qu'on est dans la dynamique, l'impulsion, le saut, comme les gymnastes aussi – vous voyez les petites gymnastes qui ont des fesses rebondies ? – c'est vachement important. "

Dans le cul comme partout, la clé réside dans la proportion. Un petit gabarit, verticalement parlant, bien doté dans la profondeur bénéficiera de certains avantages comparatifs : " Pour le centre de gravité, c'est super important. Verratti, c'est sa grande force. Il est bien campé, avec des muscles très important notamment au niveau des fessiers. Plus le centre de gravité va être bas, plus ça va être rapide. Si on prend un basketteur qui fait 2 mètres, le centre de gravité va être très très haut et, pour la même musculature que Verratti, le temps de réaction va être bien plus lent, le temps qu'il mobilise l'ensemble de son corps via son centre de gravité. C'est vraiment relié. Regarde Valbuena : il a un centre de gravité bas et un fessier haut, donc, en un crochet, il va être de manière…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant