Faut-il avoir peur du steak canadien ?

le
1
Les producteurs de viande français redoutent le déferlement de viandes américaines si l'accord Ceta est signé.
Les producteurs de viande français redoutent le déferlement de viandes américaines si l'accord Ceta est signé.

Inquiétude chez les éleveurs français ! L'appréhension monte chez les professionnels de la filière viande à l'approche du 18 octobre. À cette date, le Conseil de l'Union européenne (UE) doit en effet se prononcer sur le projet d'accord économique et commercial global entre l'Union européenne et le Canada (Ceta en anglais). Cet accord de « libre-échange », approuvé le 12 octobre par le comité des représentants permanents des gouvernements des États membres de l'UE (Coreper), serait « une catastrophe pour la filière bovine », selon l'organisation interprofessionnelle qui rassemble les principaux éleveurs français (Interbev).

« Les négociations en cours visent à renouveler l'accord-cadre en vigueur depuis 1976 qui a déjà été amendé à plusieurs reprises depuis cette date », présente-t-on au ministère de l'Économie et des Finances. Manuel Valls, en visite au Canada les 12 et 13 octobre a vigoureusement défendu ce « traité » qu'il qualifie de « gagnant-gagnant ». Mais les producteurs de viande français ne l'entendent pas de cette oreille. Selon eux, le Ceta ne viserait rien de moins qu'à ouvrir en grand les frontières de l'Union européenne aux importations massives de viandes bovines canadiennes.

Une brèche pour le b?uf sud-américain ?

« Si cet accord était entériné, cela ouvrirait une brèche dans le dispositif qui permettrait aux producteurs des États-Unis, mais aussi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a un mois

    Les sud americains ont la meilleure viande produite trés peu chere car naturellement. Pourquoi devrions nous ne pas en importer.... Si l'elevage n'est pas rentable en France il faut faire autre chose. En tous cas pas de l'elevage industriel aux hormones et aux antibiotiques