Faut-il avoir peur de l'accord de libre-échange transatlantique ?

le
15
Les négociateurs en chef américain (Dan Mullaney, à gauche) et européen (Ignacio García Bercero, à droite) lors de la dernière cession de négociation. Jusqu'à présent, les deux parties n'ont fait que mettre sur la table leurs différents objectifs.
Les négociateurs en chef américain (Dan Mullaney, à gauche) et européen (Ignacio García Bercero, à droite) lors de la dernière cession de négociation. Jusqu'à présent, les deux parties n'ont fait que mettre sur la table leurs différents objectifs.

Malgré les efforts déployés par la Commission européenne pour rassurer sur ses implications, le projet de traité transatlantique de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne fait toujours figure d'épouvantail. La gauche de la gauche s'en est emparée pendant la campagne des élections au Parlement européen pour mieux dénoncer les dégâts d'une Europe jugée "libérale". Parfois avec le soutien d'une partie souverainiste de la droite, elle accuse le "Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP)" d'ouvrir la voie au boeuf aux hormones, au poulet lavé au chlore, aux OGM, ou encore de donner la possibilité aux multinationales de traîner les États devant une justice parallèle. Le Point.fr tente d'y voir clair dans cette négociation hors norme. Comment ce projet d'accord est-il né ? L'idée de conclure un accord de libre-échange entre les deux premières puissances économiques du monde a été lancée en 2011 dans un contexte de crise économique, sur fond d'échec des négociations multilatérales dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Des deux côtés de l'Atlantique, on espère que l'intensification des échanges commerciaux et des investissements bénéficiera à la fois aux États-Unis et à l'Europe. Une étude (en anglais) commandée à un centre de recherche basé à Londres, le CEPR, estime que la croissance européenne pourrait être augmentée de 0,5 % par an en rythme de croisière (au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le mardi 17 juin 2014 à 21:02

    On a jamais vu un pays signer un accord de libre échange s'enrichir avec les YANKEE$....Regardez ,la situation du continent Sud Américain ...

  • PSYYIR le mardi 17 juin 2014 à 19:42

    pas de doute le titre de l'article sous forme orale aurait fait un beau lapsus. Je réponds OUI car il doit y avoir un sacré problème pour ne pas vouloir en débattre ni l'expliquer simplement aux citoyens .Pour combattre ce projet, il est impératif de répondre massivement à la consultation publique lancée par la Commission européenne sur ce sujet.http://www.no-transat.be/plus-infos/mobilisation-generale

  • ZvR le mardi 17 juin 2014 à 19:38

    C'est une très mauvaise idée. A mettre à la poubelle. Mais les dirigeants de l'UE sont malheureusement vendus et l'UE va devenir une colonie américaine sous occupation militaire de l'Otan. Aucune amélioration économique à attendre. Y'aura convergence du niveau de vie vers le bas.

  • pbenard6 le mardi 17 juin 2014 à 19:21

    us go home; le dollar n'est que de la fausse monnaie

  • PHMAUVE le mardi 17 juin 2014 à 17:03

    Fumer tue interdit en Uruguay https://www.upr.fr/actualite/monde/grand-marche-transatlantique-tafta-philip-morris-attaque-uruguay

  • fquiroga le mardi 17 juin 2014 à 16:32

    La m.erde doit être exclue du traité.....

  • M7403983 le mardi 17 juin 2014 à 15:37

    Bof, nous irons en "fermes" comme l'on dit avec nos éleveurs de proximité ET PUIS VOILA !!! Quoiqu'il en soit comment croire des politicards !!!!!! Ce n'est pas au bout de 40 ans que je vais y croire .... Merci !!!!

  • nebraska le mardi 17 juin 2014 à 14:10

    Si FH signe l'accord, on se fera bouffer tout cru à la croc aux hormones. la France sera définitivement fichue. Nous serons ruinés rien qu'avec les pénalités à verser suite aux procès qui nous tomberont sur la tète.

  • M1945416 le mardi 17 juin 2014 à 10:19

    avec cet accord, on aura plus aucune liberté de décision ,car si la france interdit par ex les ogm, et ben les fabriquants d'ogm pourront attaquer et demander des dommages et intérêt faramineux ... on se fera plumer encore plus, chez les US, il parlais d'interdire les potagers aux particuliers (car il pourraient cultiver sans acheter les graine )... voilà ou on arrive ...

  • cinq7 le mardi 17 juin 2014 à 10:07

    Libre échange, ok sauf pour tout ce qui touche a l alimentaire