Fausse unanimité à l'Assemblée sur le vote blanc

le
6
L?ASSEMBLÉE VOTE LA RECONNAISSANCE DU VOTE BLANC
L?ASSEMBLÉE VOTE LA RECONNAISSANCE DU VOTE BLANC

PARIS (Reuters) - Les députés français ont adopté jeudi à l'unanimité, en seconde lecture, une proposition de loi centriste qui vise à reconnaître le vote blanc et à le distinguer du vote nul aux élections.

Si l'Assemblée s'est retrouvée unanime pour valider les votes blancs, en revanche le gouvernement et le groupe socialiste ont dû faire face aux critiques de l'opposition mais aussi du Front de gauche et de ses alliés radicaux de gauche et écologistes qui demandaient à ce que la loi s'applique pour les municipales des 23 et 30 mars prochains.

Ainsi un amendement du centriste François Sauvadet a-t-il été rejeté par 39 voix contre 38 alors qu'il proposait que la réforme s'applique non pas au 1er avril prochain comme prévu, mais au 1er mars.

L'opposition a demandé que le Sénat examine le plus rapidement possible cette proposition de loi afin qu'elle puisse être adoptée définitivement et s'appliquer aux municipales puis aux européennes de juin.

"Vous êtes dans l'hypocrisie, le mensonge", a dit l'UMP Guillaume Larrivé qui a accusé le gouvernement et le groupe PS de préférer voir les électeurs mécontents voter pour les extrêmes plutôt que de voter blanc.

Le député a accusé le PS d'avoir conclu un "accord implicite" avec le Front national dans le but de nuire aux candidats de la droite UMP et UDI, notamment pour les municipales.

Jean-Louis Borloo, le président du groupe UDI, a dénoncé pour sa part une "mascarade" et réclamé en vain que le texte s'applique lors des scrutins du printemps 2014.

Le texte voté par l'Assemblée prévoit que les votes blancs seront comptabilisés à part et que le résultat sera annexé au procès-verbal des élections afin de connaître le pourcentage d'électeurs ayant fait ce choix.

Il stipule également que les votes blancs ne seront pas comptabilisés dans les suffrages exprimés et qu'une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc.

Emile Picy

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • finkbro1 le jeudi 28 nov 2013 à 15:43

    voilà qui aurait fait un passionnant sujet médiatique, et pourtant .... les médias ne parlent relatent que des épiphénomènes montaient en épingle dans le sens du gouvernement, peut être leur niche fiscale n y est pas étrangère, mais à ce compte là, journalisme n est plus leur métier, il faut les appeler responsable de la propagande de la pensée unique

  • finkbro1 le jeudi 28 nov 2013 à 15:40

    il faut rappeler qu hollande, en comptant les votes blancs, n a jamais été élus à 50% + 1 voix, le coté frauduleux de la définition de "vote exprimé" a fait cette particularité qu un président français n a pas été élu démocratiquement. Avec de tel resultat, il aurait au moins du faire un gouvernement de coalition ( qu il acclame chez merkel ... hum .... ). Enfin, nul de A à Z, vraiment le pire président qu une minorité donc de français pouvaient élire

  • bbraun77 le jeudi 28 nov 2013 à 15:35

    il faudrait surtout que les blancs et / ou les bulletins nuls soient comptabilisés dans les suffrages exprimés. En effet les gens se sont déplacés, alors un peu de respect pour eux.Nos politiques doivent avoir peur que le nombre de blancs les égalent.

  • ostrevan le jeudi 28 nov 2013 à 15:00

    car le vote blanc a un sens - n'est ce pas monsieur le capit-colonel DE GAULLE.

  • ostrevan le jeudi 28 nov 2013 à 14:58

    il faut ajouter à cette loi : que quand le total des BLANCS dépassent un certain pourcentage - L’ÉLECTION EST ANNULÉE.

  • lompala le jeudi 28 nov 2013 à 14:55

    l'Important était pourtant que ces votes soient comptabilisé comme "exprimés" !Bref une décision qui n'en est pas une, conforme à l'esprit du temps, et qui a mobilisénos élus un bon moment !!