Fausse couche : un soutien psy insuffisant

le
0
Les fausses couches sont fréquentes et en général ne remettent pas en cause la capacité d'une femme à avoir un bébé, mais le discours banalisant du personnel médical peut laisser la patiente démunie.

«Les médecins ne prennent peut-être pas assez en compte la représentation qu'ont les femmes de leur grossesse et la façon dont elles vivent leur fausse couche, estime le Pr François Goffinet (CHU Cochin- Port-Royal, Paris). Certaines ne sont pas trop affectées par cette perte, que d'autres vont vivre comme un vrai drame parce qu'elles avaient déjà bâti tout un projet autour de ce qui était déjà pour elles un enfant. Il faudrait certainement que nous soyons plus à leur écoute, pour les orienter quand c'est nécessaire vers une prise en charge psychologique.» Cette aide psychologique, souvent prévue pour les fausses couches tardives ou récurrentes dans les services spécialisés, gagnerait probablement à être disponible pour toutes les femmes.

Pour Natalène Séjou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant