Faurecia voit un ralentissement en 2012, objectif 2015 confirmé

le
0

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Faurecia a confirmé mercredi son objectif 2015 de chiffre d'affaires après une année 2011 vigoureuse pour l'équipementier automobile, grâce à l'Amérique du Nord et à la Chine et malgré un ralentissement attendu en 2012 à cause notamment de l'Europe.

Le groupe, détenu à 57,4% par le constructeur PSA Peugeot Citroën, anticipe cette année un chiffre d'affaires compris entre 16,3 et 16,7 milliards d'euros (+1% à +3%), après une année 2011 marquée par une croissance de 17,4% (+15% à données comparables) à 16,29 milliards d'euros.

"Les 13,5 milliards d'euros de nouveaux contrats gagnés cette année témoignent du dynamisme de notre entreprise et de la confiance de nos clients", a déclaré le PDG de Faurecia Yann Delabrière, cité dans un communiqué. "Grâce à eux, Faurecia devrait atteindre les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015."

Le groupe s'est fixé en novembre pour objectif d'atteindre ce volume d'activité grâce à son développement hors d'Europe, notamment en Asie, ce qui implique une croissance de 23,5% sur le CA de 2011.

Vers 10h15, l'action Faurecia cédait 0,7% à 19,95 euros, après une ouverture en hausse, donnant une capitalisation boursière légèrement en dessous de 2,2 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre bondit de 36% après avoir effacé 32% de sa valeur en 2011.

PROGRESSION HORS D'EUROPE

Le sixième équipementier mondial, leader dans les systèmes d'échappement, estime que la production mondiale de véhicules légers devrait augmenter cette année de 3% à 5% grâce à l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud et la Chine.

En revanche, il s'attend à une baisse de 4% à 6% de la production européenne en 2012, dans une région anémique, sauf en Allemagne, depuis que la crise de la dette en Europe du Sud est venue s'ajouter à la disparition des dernières primes à la casse.

Au second semestre, Faurecia a vu ses ventes de produits (hors monolithes contenus dans les catalyseurs que le groupe achète à l'extérieur) bondir a contrario de 36,5% en Amérique du Nord, où le marché automobile est en train de rebondir après la restructuration massive du secteur dans le sillage de la crise de 2008.

En Asie, les ventes de l'équipementier ont progressé de 16% sur les six derniers mois, tandis qu'en Europe, elles ont progressé de 6,4%.

"Nos investissements hors d'Europe sont ressortis à près de 47% du total, ce qui est en ligne avec notre objectif de réaliser près de 50% de nos ventes hors d'Europe d'ici 2015", a déclaré Frank Imbert, directeur financier du groupe, au cours d'une conférence avec les analystes.

Sur la radio BFM Business, Yann Delabrière a indiqué pour sa part qu'en 2011, le groupe avait réalisé environ 40% de ses ventes hors du continent. En Europe, il fait plus de 50% de son activité avec les constructeurs allemands, notamment le groupe Volkswagen, son principal client.

L'équipementier a également annoncé viser cette année une marge opérationnelle comprise entre 610 et 670 millions d'euros, contre 651 millions (+43%) en 2011. Cet objectif signifie au mieux une croissance de l'ordre de 3%, et au pire une baisse de 6% environ.

Le niveau des investissements industriels du groupe dans les pays émergents en 2011 s'est traduit par un cash flow net négatif de 26 millions d'euros. En 2012, celui-ci est attendu "à l'équilibre".

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant